Ville d'Antony

Facebook

ville.antony

Mairie d'Antony
Place de l'Hôtel de Ville
BP 60086 92161 Antony Cedex
Tél : 01.40.96.71.00
E-mail : webmaster@ville-antony.fr

Ouvert du lundi au vendredi
de 8 h 30 à 12 h 00
et de 13 h 30 à 17 h 30

Rues, voies, places Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte

Histoire

Les noms attribués aux rues d’Antony ne sont pas tombés du ciel. Ils ont une histoire ! Si, aujourd’hui, le conseil municipal est compétent pour baptiser les voies publiques, cela n’a pas toujours été le cas.

Rue Adolphe Pajeaud, avenue Raymond Aron, rue des Hortensias… Les noms de rues résonnent dans nos oreilles, sans vraiment retenir notre attention. Ils ont cependant tous une explication. Il s’agit même d’un domaine de recherche à part entière appelé l’odonymie. Contrairement à une idée répandue, les noms de rues ne sont pas forcément l’œuvre de conseillers municipaux en mal d’imagination. Si l’assemblée municipale vote aujourd’hui les appellations des voies de communication publiques, bon nombre d’entre elles ont été nommées par des lotisseurs privés. Comme on baptise un bateau du prénom de sa femme ou de sa fille, certains propriétaires de rues en ont fait de même. Cette mode, particulièrement suivie lors de l’entre-deux-guerres, a légué à Antony les rues Augusta, Madeleine, Céline… Une fois qu’elles sont devenues publiques, le conseil municipal en a conservé la dénomination pour épargner aux habitants les démarches administratives qu’aurait impliquées un changement de nom.

Quartier des Fleurs

Pour la même raison, les années 1920 et 1930 ont vu fleurir à Antony des rues évoquant, cette fois-ci, des noms de plantes ou d’animaux. Pour beaucoup, la zone résidentielle aux alentours de la place de Lewisham demeure aujourd’hui le « quartier des Fleurs » : rues des Hortensias, des Iris, des Pivoines, avenue des Giroflées. À cette époque, il arrivait que deux rues de la commune portent le même nom. Pour éviter les doublons, certaines d’entre elles se sont donc vu imposer une nouvelle appellation, comme les avenues du 11 Novembre et Jules Ferry. Les sociétés d’économie mixte, chargées de bâtir de nouveaux quartiers après la Seconde Guerre mondiale, ont souvent privilégié des noms de lieux. Pour donner son identité au grand ensemble construit dans le quartier du Noyer Doré, entre Massy et Antony, la Saegema s’est inspirée de grands massifs montagneux et de régions connus de tous : square du Mont-Blanc, rue de la Méditerranée, rue de l’Annapurna… Après ces « excursions » aux quatre coins du monde, les années 1970 et 1980 reviennent volontiers aux noms d’anciens lieux-dits, références aux paysages et usages locaux. L’actuelle allée des Fontenelles rappelle ainsi le souvenir d’une ancienne source, qui coulait non loin de là. Un retour au terroir, en quelque sorte.

Quelques chiffres...

8 %
Part des nouvelles dénominations décidées par le conseil municipal entre 1910 et 1921.
55 %
Part des nouvelles dénominations privées entre 1991 et 2015.
2015
Antony compte 523 voies et places, contre seulement 50 en 1910.
1982
Les lois de décentralisation donnent le pouvoir aux conseils municipaux de nommer les voies publiques. Avant, un arrêté préfectoral était nécessaire pour les valider.
1945
Par délibérations du conseil municipal, 11 rues portent le nom d’Antoniens fusillés pendant la Seconde Guerre mondiale et deux autres font référence à des figures nationales de la Résistance (rue du Colonel Fabien, boulevard Pierre Brossolette).

Articles recommandés :