Budget de fonctionnement

Un budget responsable et maîtrisé

Baisse des dotations de l’État, péréquation en faveur des  collectivités moins favorisées… Antony fait face à un nœud financier qu’elle parvient à démêler grâce à une gestion rigoureuse de ses dépenses.

Côté recettes

Les recettes de fonctionnement s’élèvent à 86 M€. Elles subissent depuis plusieurs années une réduction drastique de la dotation globale de fonctionnement (DGF) versée par l’État aux communes. Dénoncé par de nombreux élus locaux, toutes tendances politiques confondues, ce désengagement place les villes dans une situation délicate : faire autant, voire plus, avec moins. Dans ce contexte contraint, Antony, grâce à sa gestion, maintient sa situation financière sans augmenter ses impôts.

Recettes fiscales : 56,9 M€ (55,6 M€ en 2015)

Revalorisées de 1% par la loi de finances, les bases prévisionnelles communiquées par l’Administration fiscale sont en progression de 1,8 %. Elles devraient encore évoluer en cours d’année. Dans l’attente de prochaines informations, le produit des impôts locaux est passé de 38,75 M€ en 2015 à 39,2 M€ en 2016. Antony perçoit également des droits de mutation, soit 1,2 % prélevés sur chaque transaction immobilière. Ces derniers devraient augmenter du fait de la reprise du marché immobilier et de transactions importantes en cours de négociation (4 M€ contre 3,2 M€ en 2015). Dans leur ensemble, les recettes fiscales devraient donc connaître une hausse sensible en 2016 : il est prévu 56,9 M€ (+ 1,3 M€ par rapport à 2015).

Dotations, subventions et compensations : 15,5 M€ (17,3 M€ en 2015)
  • La dotation globale de fonctionnement versée par l'État baisse encore de 1,9 M€, passant de 10,1 M€ à 8,2 M€.
  • Les subventions de la caisse d'allocations familiales progressent de 0,35 M€ en raison de l’ouverture de la crèche Coquelicots à la Croix de Berny.
  • Le fonds de concours exceptionnel de 0,2 M€ versé en 2015 par la Communauté d’agglomération des Hauts-de-Bièvre ne sera, bien sûr, pas renouvelé.
     
Produits des services municipaux : 11,1 M€ (10,4 M€ en 2015)

Cette hausse est le résultat, entre autres, de l’ouverture de la crèche Coquelicots à la Croix de Berny qui va générer de nouvelles recettes sur l’ensemble de l’année. Elle s’explique aussi par la réforme des tarifs et le haut niveau de fréquentation des activités périscolaires ainsi que par le succès du cinéma (+ 16 % à la mi-mars).

Loyers et redevances : 2,5 M€ (stable)

La Ville possède des locaux, pour lesquels elle perçoit des loyers et redevances. Le produit de ces biens reste stable en 2016.

Côté dépenses

Les dépenses de fonctionnement s’établissent à 72,6 M€, contre 72,8 M€ en 2015. La Ville parvient à les contenir malgré l'ouverture d'une nouvelle crèche à la Croix de Berny et le maintien de la qualité de ses services publics.

Charges de personnel : 44,1 M€ (43,6 M€ en 2015)

Elles progresseront de seulement 1,2 % en 2016. Cette hausse est liée notamment à l’avancement de carrière des agents et à l’ouverture en septembre 2015 de la crèche Coquelicots. Pour faire fonctionner cet établissement de 60 enfants, 20 agents sont en effet nécessaires. En revanche, les charges de personnel bénéficieront du transfert à Elior des tâches de restauration remplies auparavant par du personnel communal.

Charges à caractère général : 17,2 M€ (16,8 M€ en 2015)

Ces frais sont en hausse de 2,3 % en 2016. Parmi les dépenses en augmentation : les assurances dommage-ouvrage liées au chantier de reconstruction du groupe scolaire Dunoyer de Segonzac, l'élagage et l'entretien des espaces verts, la formation, le nettoyage des locaux communaux. Parmi les dépenses en diminution : les fluides en raison notamment de la douceur de l’hiver, les carburants en raison de la baisse du prix des produits pétroliers, les fournitures de voirie (petit matériel, sel de déneigement), les honoraires, les charges locatives de copropriété sur le site d’Antonypole, un dégrèvement de taxe foncière obtenu sur un bâtiment d’Antonypole démoli.

Charges de gestion courante : 6,3 M€ (stables)

Les subventions au CCAS (Centre communal d’action sociale), aux clubs sportifs et aux autres associations ne diminuent pas.

Les charges financières : 3,35 M€ (4,3 M€ en 2015)

Elles vont diminuer de façon significative en 2016 grâce à la baisse du taux du livret A et au remboursement d'emprunts à taux élevé.

Fonds de péréquation : 1,5 M€ (stable)

La loi de finances a suspendu en 2016 la progression programmée de la contribution au fonds de péréquation intercommunale qui reste équivalente à celui de 2015. Mais la Ville ne perd rien pour attendre. La hausse de la péréquation est reportée à 2017 : la contribution d'Antony passera de 1,5 à 1,8 M€.