Actualités

Retour aux actualités
Histoire
Dernière modification le 02/10/2015

L'agriculture à Antony

Jusqu’au 18 octobre, l’AMPA propose une exposition sur « La vie agricole à Antony ». Des documents d’archives, des plans et quelques objets anciens font découvrir les activités agricoles pratiquées dans la commune au début du XXe siècle. Des clichés datant des années 1900 à 1940 témoignent des mutations que connaît l’agriculture à une époque où les exploitations paysannes, chassées par l’urbanisation, laissent place à des milliers de potagers mis en culture par des Antoniens soucieux de consommer leurs propres fruits et légumes…

Au XXe siècle, l’agriculture banlieusarde bénéficie de l’énorme croissance de la population en Île-de-France et de l’essor de la consommation citadine de fruits et légumes. Elle doit néanmoins faire face à des défis majeurs : la concurrence accrue des grandes régions agricoles et surtout l’extension des surfaces bâties. Dès les années 1920, les anciennes terres cultivées se couvrent massivement de lotissements. Les grandes cultures localisées sur les bonnes terres de la périphérie de la commune disparaissent à leur tour après la Seconde Guerre mondiale pour laisser place, entre autres, à la résidence universitaire, au centre de recherches de Saint-Gobain, au grand ensemble de Massy-Antony, à la résidence Bourget-Briand, à la résidence La Fontaine et enfin à la zone d’activités industrielles. À leur tour, et malgré un effort de diversification des productions pour répondre au mieux à la demande de la clientèle, la plupart des exploitations spécialisées dans le maraîchage et l’horticulture ornementale périclitent au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Antony compte 11 exploitations déclarées en 1955, 6 en 1970, 3 en 2000…

Potagers individuels

Toutefois, la disparition des exploitations agricoles ne s’est pas accompagnée d’une réduction proportionnelle de la surface cultivée. On assiste en effet à la « prolifération du potager individuel » typique de la banlieue. À Antony, la surface totale des jardins privés est multipliée par 5 au cours de la première moitié du XXe siècle, passant de 164 hectares en 1892 à 807 ha en 1946. Bien souvent, il s’agit initialement d’une parcelle achetée par un ménage parisien équipée d’une cabane rudimentaire et cultivée en dehors des heures de travail pour la consommation familiale ou pour fournir une ressource d’appoint. D’autres y font construire un pavillon dans le cadre d’un lotissement en prévoyant le terrain suffisant pour aménager basse-cour et potager. Dans ces quartiers pavillonnaires caractéristiques, le jardinage demeure très largement pratiqué par les Antoniens. Bien plus, on a vu réapparaître en 2007 dans le quartier du Noyer Doré les premiers potagers partagés d’Antony sur des terrains d’où fruits et légumes avaient disparu depuis les années 1950.
1892 à 1946
La surface totale des jardins privés est multipliée par 5.
Entre 1891 et 1946
La surface des grandes cultures est divisée par 13, celle des prés par 5, celle des maraîchages par 3.
En 1954
On recense 185 agriculteurs, auxquels il faudrait ajouter les épouses et enfants non comptabilisés. Si le chiffre est assez comparable à celui du milieu du XIXe siècle, ils ne représentent plus désormais que 2 % des actifs de la commune.

Articles recommandés

Octobre rose
Santé
15.10.2015 au 21.10.2015

Octobre rose

La Ville vous donne rendez-vous du 1er au 21 octobre pour l’opération nationale Octobre rose, destinée à mieux prévenir le cancer du sein, qui reste le plus fréquent et le plus meurtrier... Lire la suite

La vie agricole à Antony
Exposition
20.09.2015 au 18.10.2015

La vie agricole à Antony

Une exposition vous présentera "La vie agricole à Antony", du 20 septembre au 18 octobre, à l'Atelier-Musée du Pays d'Antony, au sous-sol de la Maison des Arts. Une visite guidée aura lieu le... Lire la suite

Carte blanche à la Maison des Arts : derniers jours pour découvrir l'expo' !
Exposition
16.09.2015 au 25.10.2015

Carte blanche à la Maison des Arts : derniers jours pour découvrir l'expo' !

La Ville d’Antony met en place un nouveau type d’exposition, Carte blanche, qui propose à un collectif d’artistes de disposer librement des cimaises de la Maison des Arts. Pour cette... Lire la suite