Actualités

Retour aux actualités
Histoire
Dernière modification le 01/07/2013

Ancienne manufacture royale de cires

De 1702 à la Révolution, la manufacture royale de cires d’Antony fournissait en bougies et chandelles la cour de Versailles et les châteaux de la région. Il demeure quelques vestiges du site dont son horloge, « la Trudonne ».

Deo, regique laborant (les abeilles travaillent pour Dieu et pour le roi). C’était la devise de la manufacture royale de cires, sculptée dans la pierre du bâtiment. Dans cette manufacture située le long de la voie Chartraine (aujourd’hui avenue du bois de Verrières), on produisait des bougies et chandelles pour la cour de Versailles, les châteaux de la région, la haute société. Fondée en 1702, cette fabrique obtient le titre de « Manufacture royale de cires et de bougies » en 1719, signe de l’excellence de la production. Elle devient la propriété de Hiérosme Trudon en 1737. Signe de sa prospérité, on y comptera plusieurs dizaines d’ouvriers, près de cent selon certaines sources. Un inventaire de 1756 indique quelque 100 000 cierges et 20 000 flambeaux en stock. Avec la révolution, l’activité chutera fortement sans cesser toutefois.

Que sonne la Trudonne

En 1884, la manufacture change de propriétaire et est transférée à Bourg-la-Reine. Racheté en 1890 par la congrégation des sœurs Saint-Joseph de Cluny, le domaine antonien devient une maison de retraite. Une nouvelle chapelle y est construite en 1930. Mais la vaste maison des Trudon, leur chapelle et la majorité du parc ont disparu (ce dernier fut vendu en 1961 pour l’édification de la résidence du 46 rue de Châtenay). Si aujourd’hui la fabrique de chandelles n’est plus, il demeure quelques vestiges du XVIIIe siècle : les communs, la ferme et sa charpente en forme de coque de bateau retournée. Une petite maison est aussi surmontée d’une petite tour carrée en ardoise. Elle abrite une horloge avec timbre à marteau, la Trudonne, installée en 1788 sur le bâtiment d’habitation pour rythmer le travail des ouvriers de la manufacture. Elle a été récemment restaurée et sonne à nouveau !

1702

Brice Péan de Saint-Gilles, cirier du Roi, fonde la manufacture.


1719

La manufacture obtient le titre de Manufacture royale de cires et de bougies.


1737

La maison Trudon rachète la manufacture.


1929

La devise de la manufacture – « Deo, regique laborant » – est inscrite aux Monuments historiques.

Articles recommandés

Libération d'Antony
Exposition
29.08.2013 au 28.09.2013

Libération d'Antony

Dans le cadre de la commémoration de la Libération du 24 août 1944, une exposition sur la seconde guerre mondiale est proposée dans le hall de l'Hôtel de Ville jusqu'au 28 septembre. Lire la suite

Concours de nouvelle
Cinéma
01.07.2013 au 30.09.2013

Concours de nouvelle

Le cinéma Le Sélect, en partenariat avec l’Association Française des Cinémas d’Art et Essai, vous propose d’écrire une nouvelle ayant trait au cinéma (maxi 10 pages dactylographiées... Lire la suite

Bornes historiques
Histoire

Bornes historiques

La Ville met en valeur son patrimoine historique ! Des bornes informatives ont été installées dans 10 lieux d’Antony, le choix s’étant porté sur des édifices ayant un intérêt... Lire la suite