Actualités

Retour aux actualités
Histoire
Dernière modification le 30/06/2017

Antony, terre à matière grise

Alfred Velpeau est le médecin inventeur de la bande Velpeau. Celui qui a donné son nom à une rue, une école, un stade et un gymnase de la commune y est mort, il y a exactement 150 ans. Il n’est toutefois pas le seul scientifique associé à Antony.
 

Alfred Velpeau a laissé à la postérité une invention qui porte son nom : la bande Velpeau, produit de compression contre les inflammations aiguës que l’on retrouve dans toutes les trousses de secours. Pourtant, rien ne le prédestinait à un tel parcours : fils d’un ouvrier maréchal-ferrant, il est né en 1795 dans un petit village proche de Tours. Si son père s’occupait des animaux, lui s’est intéressé aux hommes. Il apprend à lire par lui-même et soigne des habitants des villages alentour. Avec ses gains, il achète ses premiers livres de médecine. Son ardeur au travail attire l’attention du médecin-chef de l’hôpital de Tours, Pierre-Fidèle Bretonneau. Celui-ci le prend comme interne dans son service et le recommande chaleureusement lorsque Alfred Velpeau s’installe à Paris en 1820. Dans la capitale, il grimpe les échelons et devient professeur de chirurgie en moins de quinze ans. Il publie un premier mémoire. Il y établit que « le bandage compressif par bande roulée méthodiquement appliqué dans les quatre à cinq jours du mal arrête l’inflammation ». Il a en effet la conviction que l’air est vecteur de germes responsables d’infections. Ses ouvrages font sa notoriété au fil des années. Au point d’obtenir, en 1834, la chaire de la clinique chirurgicale de l’hôpital de La Charité. Il s’y consacrera jusqu’à sa mort à Antony en 1867, où il avait acheté une propriété du centre-ville en 1860.

Chirurgien, physicien, mathématicien

Alfred Velpeau a vécu à la même époque qu’un autre professionnel de santé antonien célèbre dans son milieu : Jean-Pierre Bonnafont. Né en 1805 dans une modeste famille du Gers, il prend exemple sur son parrain, un docteur installé à Plaisance, et s’oriente vers la chirurgie. Il intègre l’hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce, où il approfondit ses connaissances sur l’oreille. Il lui vient alors l’idée de faire construire un instrument destiné à éclairer le conduit auditif : il invente ainsi le premier otoscope en 1834. Il prend sa retraite à Antony où il meurt en avril 1891. Plus proche de nous, la famille Curie est aussi liée à la commune. Après la mort de son mari Pierre en 1906, Marie achète avec ses descendants, Frédéric et Irène Joliot-Curie, un terrain à Antony dans les années 30, en lisière du parc de Sceaux, pour y faire construire deux maisons, une pour Irène et son gendre, et une autre pour elle. Elle n’a pu les ériger avant sa mort, en 1934. Mais la petite-fille de Marie Curie, Hélène Langevin-Joliot, également physicienne renommée, vit encore dans la demeure familiale. Enfin, un dernier Antonien, Laurent Lafforgue, s’est distingué en mathématiques. Passé par l’école Jules Ferry et le lycée Descartes, il a été récompensé en 2002 de la médaille Fields, l’équivalent du prix Nobel, pour ses travaux sur le programme de Langlands.

24 août 1867

Alfred Velpeau meurt à Antony. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse à Paris. Ses obsèques réunissent une foule considérable.

1860

Jean-Pierre Bonnafont s’installe à Antony pour sa retraite.

1935

Irène et Frédéric Joliot-Curie obtiennent le prix Nobel de chimie, après celui de physique de Pierre et Marie Curie en 1903.

2002

Laurent Lafforgue obtient la médaille Fields de mathématiques.

Articles recommandés

Domaine de Sceaux : un œil dans le ciel
Environnement

Domaine de Sceaux : un œil dans le ciel

L’une se passionne pour la photographie, l’autre est conférencière et historienne de l’art. Ensemble, Florence Arnaud et Francine Mykita ont réalisé un ouvrage en autoédition, Sceaux, Le... Lire la suite

Un brin de lecture : lisez en plein air !
Médiathèques
04.07.2017 au 31.08.2017

Un brin de lecture : lisez en plein air !

Le Salon de lecture estival et en plein air revient dans le parc de la Maison de Chateaubriand du 4 juillet au 31 août 2017. Initiée par le Conseil départemental des Hauts-de-Seine, cette... Lire la suite

Websérie : Antony 1930 - 1950 : le dernier épisode est en ligne !
Histoire

Websérie : Antony 1930 - 1950 : le dernier épisode est en ligne !

Huit personnes pour huit épisodes : la Mairie donne dans une websérie la parole à des « mémoires » locales. Celles-ci se souviennent de la vie à Antony entre les années 1930 et 1950 devant... Lire la suite