Actualités

Retour aux actualités
Histoire
Dernière modification le 26/01/2018

Épicerie : Antony sème à tout vent

À l’époque où Antony était encore une terre agricole, les habitants faisaient leurs provisions dans une épicerie comparable à une jardinerie : la graineterie Thoreau, installée avenue de la Division-Leclerc.  
 

Dans les magasins bio et les grandes surfaces, la vente de produits en vrac gagne du terrain. Lessive, café, pâtes, céréales, sucres et autres denrées sont disponibles à la pesée et sans emballage. Ce mode de consommation écologique n’est pas nouveau. Il a seulement été remis au goût du jour avec succès. Jusque dans les années 1960, la France reste une terre agricole. À Antony, la plupart des villageois possèdent un potager et ont besoin de graines pour leur production. Le jardinage n’est pas encore un loisir comme aujourd’hui, mais bien une nécessité. Pour s’approvisionner, les Antoniens se rendent dans une épicerie qui a pignon sur rue : la graineterie Thoreau, au 9-11 bis avenue de la Division-Leclerc, en face de l’actuel cinéma Le Sélect. « J’aimais cet endroit empli de sérénité, qui sentait l’odeur de la campagne, des champs après la moisson, du foin, des fruits à l’automne », témoigne Martine Mutin dans L’Écho du terroir, le bulletin de l’Atelier-Musée du pays d’Antony. On y trouve tout le nécessaire au petit élevage et à la culture potagère : semences, légumes secs, plants à repiquer, bulbes, paille, etc. Les produits sont mis dans des petits sachets de quelques grammes et parfois dans des sacs beaucoup plus volumineux, comme pour les pommes de terre.

L’unique grainetier d’Antony

Les clients y achètent aussi des outils nécessaires à l’entretien d’un jardin ou d’un potager (bèches, arrosoirs, brouettes, plantoirs, râteaux…). Les balles d’avoine sont prisées pour garnir des housses servant de matelas, paraît-il très confortables. Les grainetiers Thoreau, et leur commis qui s’occupe des livraisons à l’aide d’une voiture à cheval, sont réputés fins connaisseurs de tout ce que la terre peut produire. Toujours en blouse, ces passionnés prodiguent de précieux conseils avec le sourire et sans compter leur temps. Ils sont les seuls à exercer ce métier à Antony et leur commerce marche si bien qu’ils figurent parmi les plus importants propriétaires terriens de la ville. « Je me souviens des sacs de jute ventrus posés par terre, emplis de haricots secs, de noix et dont les bords étaient roulés avec soin au fur et à mesure de la diminution du contenu », poursuit Martine Mutin. La graineterie Thoreau baisse pavillon au milieu des années 1980. Les habitudes de consommation des Français changent, l’industrie agroalimentaire se développe tandis que la culture maraîchère perd du terrain. Les jardineries – ces grands magasins qui font jusqu’à 6 000 m2 – captent de plus en plus de clients. Bien qu’appartenant au passé, le métier de grainetier ne semble pas avoir complètement disparu. Il s’est plutôt transformé.

XIXe siècle

Les marchands grainiers, revendeurs de semences, étendent leur gamme de produits à mesure que les cultures maraîchères prennent de l’ampleur.

1898

Ouverture de la graineterie Thoreau à Antony.

1930

Âge d’or de la maison Thoreau.

1985

Avec le déclin de la culture maraîchère, la graineterie Thoreau ferme ses portes.

1994

Décès de Paul Thoreau à l’âge de 92 ans.

Articles recommandés

Des bulles dans la ville - Concours de BD : à vos crayons !
Culture
12.05.2018

Des bulles dans la ville - Concours de BD : à vos crayons !

Le festival antonien de la bande dessinée Des Bulles dans la Ville revient le samedi 26 mai 2018 à l'Espace Vasarely pour une 14e édition dédiée à la musique. Comme chaque année, un grand... Lire la suite

Saison musicale classique : Orchestre Les Siècles
Musique
16.05.2017

Saison musicale classique : Orchestre Les Siècles

La saison musicale classique organisée par la Ville d'Antony et le Théâtre Firmin Gémier / La Piscine vous permet de découvrir des artistes, orchestres et chœurs prestigieux grâce à une... Lire la suite

Yarn bombing : la Maison des arts recherche des pelotes de laine !
Exposition
01.12.2017 au 18.02.2018

Yarn bombing : la Maison des arts recherche des pelotes de laine !

Dans le cadre d'une prochaine exposition consacrée à l'art textile contemporain, la Maison des Arts organisera une session de yarn bombing pour décorer le parc Bourdeau pendant l'expo. Dans ce... Lire la suite