Actualités

Retour aux actualités
Environnement
Dernière modification le 07/04/2021

Lutter contre la chenille processionnaire du Pin

Au printemps, les chenilles processionnaires du pin et du cèdre entament une descente en procession pour s'enterrer et accomplir leur cycle de reproduction. Pendant cette période, soyez particulièrement attentifs à vos arbres et éliminez les cocons. Sur l'espace public, la Ville adopte une lutte biologique contre cette espèce invasive.


Les actions de la Ville contre les chenilles processionnaires

Le service des Espaces verts a mis en place un protocole de lutte biologique contre la chenille processionnaire pour circonscrire les foyers identifiés. Des pièges écologiques sont posés sur les pins présents dans l'espace public afin de lutter contre l'infestation. Des pièges à phéromones sont également installés sur les arbres des rues, des parcs et des équipements publics.

Dans un premier temps, des pièges sont placés sur le tronc des arbres attaqués dès le mois de février. Ils limitent la descente des chenilles au sol. Ces chenilles descendent en procession pour aller s’enterrer dans un périmètre de 800 mètres autour des arbres infectés. Le piège consiste à stopper cette procession pour les capturer dans un sac étanche rempli de terre. C’est lors de la procession que ces chenilles sont dangereuses. Elles sont très urticantes !

Les différentes étapes du traitement

Une fois enterrées, les chenilles préparent leur nymphose pour devenir papillon. Ce papillon sortira de terre entre le début du mois de juillet et la fin août. Sa durée de vie est de 24 heures. Cependant, dans ce laps de temps, il va se reproduire, se déplacer jusqu’à 14 kilomètres, pondre sur un pin ou un cèdre et mourir. Afin de limiter les risques sanitaires, le service Espaces Verts procède autant que possible à l'élimination de l’ensemble des cocons (échenillage) sur les arbres atteints sur le domaine public.

Des pièges à phéromones pour endiguer l'infestation

Le service Espaces verts pose également des pièges à phéromone sexuelle actifs à partir de mi-juin. Ils vont attirer les mâles adultes -au stade de papillon- en imitant l'odeur émise par la femelle. Il s'agit d'un piégeage massif destiné à réduire significativement l'infestation sur ces zones.


Comment identifier et éliminer les chenilles présentes sur vos arbres

La Ville intervient uniquement sur les conifères de l'espace public pour éliminer les chenilles procéssionnaires. Il est recommandé aux particuliers de traiter le problème sur les arbres situés sur leur terrain pour éviter la propagation de l'espèce. 

Les chenilles processionnaires préfèrent les pins mais peuvent également envahir les cèdres. Pour vérifier si vos arbres sont atteints, il faut tout d'abord repérer les cocons situés au bout des branches de pins (sur les jeunes feuilles). Si vous constatez la présence de cocons et de chenilles, vous devez alors couper les branches atteintes. Pour cela, il est possible d'utiliser un échenilloir. Il faut alors bien se protéger le corps, le visage et les mains. Le nid doit ensuite être incinéré. Il est possible d'installer également un piège sur le tronc pour capturer les chenilles lors de leur procession. Ces pièges peuvent être achetés en jardinerie.

Si un arbre de votre jardin est trop atteint, vous pouvez faire appel à un professionnel (entreprises d'espaces verts, d'élagage...) qui pourra aussi, selon le niveau d'infestation, vous proposer d'autres méthodes de lutte comme un traitement naturel à base de bacillus thuringiensis.

En lutte préventive, la pose de nichoirs à mésange ou à chauves-souris peut être une bonne solution à long terme pour lutter contre l'insecte. Des pièges à phéromones peuvent également être installés avant l'été pour piéger les papillons mâles par l'utilisation d'hormones comme appât, et ainsi limiter la propagation des chenilles.

Une application pour connaître les insectes invasifs

L'INRA a mis en place une application de science participative et de biovigilance pour aider les particuliers à reconnaître les différents insectes invasifs et aider la recherche à suivre l'extension des populations à grande échelle. 
Cliquez ici pour en savoir plus !