Actualités

Retour aux actualités
Histoire
Dernière modification le 30/03/2016

Découvertes archéologiques

Des travaux aux abords de l’église Saint-Saturnin ont permis de découvrir un sarcophage datant du Xe ou du XIe siècle. Ce n’est pas la première fois que des découvertes archéologiques mettent en lumière le passé d’Antony.

Un sarcophage maçonné, construit avec des blocs de pierre brute, a été découvert le 26 janvier le long du mur de la nef de l’église Saint-Saturnin. Il contenait un ancêtre âgé de 900 à 1 100 ans. Les ouvriers, occupés à solidifier l’édifice, sont tombés sur cette dépouille par hasard. Sa présence, qui remonterait au Xe ou XIe siècle, ne constitue pas une surprise : les abords des lieux de culte ont souvent servi de cimetières et on savait déjà que la place de l’Église constituait le principal cimetière d’Antony avant son transfert en 1820 sur le site actuel, rue de Châtenay. Pour être enterré au pied du mur, la personne retrouvée devait certainement être un personnage important.

Cent cinquante hommes, femmes et enfants

Cette découverte archéologique n’est pas la première. En 1932, déjà, des ouvriers
travaillaient à l’élargissement de l’actuelle rue Maurice Labrousse, lorsqu’ils sont tombés sur de précieuses traces du passé antonien : une cinquantaine de squelettes et un vase funéraire contenant de l’encens, ainsi que des bijoux. En 1991, d’autres fouilles ont été menées lors de travaux d’agrandissement de l’institution Sainte-Marie. Elles ont mis au jour un « grand cimetière ». Au total, des ossements de 150 hommes, femmes et enfants morts au tournant des XIIIe et XIVe siècles ont refait surface. Deux lieux de sépulture se trouvaient donc sur la commune à l’époque médiévale. Cela semble beaucoup pour Antony, qui était alors un village. Il faut toutefois se rappeler le contexte. Le XIVe siècle a connu d’innombrables ravages aux environs de Paris : guerre de Cent Ans et surtout deux épidémies de peste noire. Vingt-cinq millions de personnes seraient décédées en raison de cette maladie dans toute l’Europe. À Antony, le « grand cimetière » a probablement été aménagé provisoirement. Paix à leur âme !
1932
Des travaux d’élargissement de l’actuelle rue Maurice Labrousse mettent au jour une cinquantaine de squelettes et un vase funéraire.
1990
Des ossements sont déterrés sous la place de l’Église.
1991
Des squelettes sont retrouvés à l’emplacement de l’actuelle institution Sainte-Marie.
2016
Un sarcophage contenant un squelette est découvert à proximité de l’église Saint-Saturnin.