Actualités

Retour aux actualités
Histoire
Dernière modification le 02/04/2019

Georges Heller, l'homme du parc

Tous les Antoniens connaissent le parc Heller. Savent-ils qu’il a été baptisé ainsi après la guerre, en mémoire d’un conseiller municipal mort en déportation en 1944 à Flossenbürg ?
 

Georges Heller est l’héritier d’une tradition militante. Fils d’un architecte, il compte dans sa famille des communards déportés après le soulèvement de 1871, d’après le dictionnaire en ligne du mouvement social, Le Maitron. Partout où il vit, à Jouy-en-Josas, puis Soissons, ce métreur ou architecte (selon les sources) s’engage dans le mouvement socialiste, puis communiste, à la suite de la scission du congrès de Tours. Après son emménagement à Antony en 1930, il est candidat aux élections municipales de 1935. Sa liste n’emporte pas le scrutin mais il est le seul communiste élu au second tour. Il est aussi un des représentants locaux du Parti communiste au comité de coordination socialiste-communiste, avec Jacques Faipeur, Roger Bourdeaux et Maurice Duchiron.

Déchéance de mandat

Leur camaraderie va être bousculée par le cours de l’Histoire. L’Allemagne n’a pas encore attaqué la France mais un bruit de bottes se fait entendre, le 22 février 1940, lorsque deux gardes champêtres se présentent au domicile de Georges Heller, au 21 rue du Vert-Buisson. Ce dernier étant absent, ils notifient à sa femme, Marie Girard, un arrêté du préfet de la Seine, en date du 9 février, document consultable aux Archives municipales. Celui-ci ordonne la déchéance de l’élu de son mandat de conseiller municipal.

Internement et déportation

Le 14 juin 1940, l’armée allemande envahit Paris. Les jours suivants, elle occupe toute la banlieue. Les communistes antoniens entrent donc dans la clandestinité jusqu’au 21 juin 1941. Ce jour-là, la police française procède à une vague d’arrestations. Jacques Faipeur, Roger Bourdeaux et Maurice Duchiron sont internés administrativement pendant presque deux ans, dans un camp de Compiègne géré par la Wehrmacht. Jacques Faipeur et Georges Heller se retrouvent voisins de chambre. Le site mémoires vives. a relevé les lettres du premier évoquant les blagues, jeux de mots et parties de belote avec le second. Il l’appelle « grand-père », alors qu’il n’a que 57 ans. Le 6 juillet 1942, les deux hommes sont conduits à l’aube par une escorte allemande vers la gare de Compiègne. Le train part à 9 h 30. Il emmène Jacques Faipeur à Auschwitsch, où il meurt en 1943 (la date exacte n’est pas connue). Georges Heller est déporté à Flossenbürg, où il décède le 28 décembre 1944

En dates

  • 1884 : naissance à Paris (XVIIIe).
  • 1930 : emménage à Antony
  • 1941 : arrestation à son domicile, au 21 rue du Vert-Buisson.
  • 1944 : meurt dans le camp
Photo de couverture : Georges Heller, le quatrième en partant de la gauche dans le rang du haut, a été élu au Conseil municipal en 1935.

Articles recommandés

Budget participatif 2019 : découvrez les 19 projets lauréats
Démocratie

Budget participatif 2019 : découvrez les 19 projets lauréats

Du 4 au 25 novembre 2019, 36 projets seront soumis au vote des habitants dans le cadre de la deuxième édition du budget participatif antonien. Ils seront sélectionnés en fonction de leur... Lire la suite

Concours international de guitare : revivez l'événement en vidéo
Musique
30.03.2019

Concours international de guitare : revivez l'événement en vidéo

Depuis 2000, en parallèle du festival Les Rencontres internationales de la guitare, un concours international de guitare est organisé. Il réunit sur trois jours des candidats du monde entier. La... Lire la suite

Concours photo : découvrez les lauréats !
Animation

Concours photo : découvrez les lauréats !

Organisée par le service Animations - Événementiel de la Ville, la Journée de la photo met le sixième Art à l'honneur. Expositions de clichés, bourse de matériel d’occasion, concours... Lire la suite