Actualités

Retour aux actualités
Info pratique
Dernière modification le 30/10/2017

OuiHop' : l'autostop intelligent

Deux Antoniens ont lancé Ouihop’, une application d’auto-stop urbain en temps réel comptant 40 000 utilisateurs. Lauréat d’un appel à projets de la Société du Grand Paris, leur service est expérimenté jusqu’à février à Antonypole.
 

Jimmy, un jeune Parisien, se rend en RER à son travail chez Stallergenes, à Antonypole. Comme tous les matins, il descend à la gare d’Antony. Pour rejoindre le sud de la ville, il peut prendre le bus Palladin. Mais le trajet n’est pas le plus rapide. Pour gagner du temps, il utilise l’application Ouihop’. En marchant vers son entreprise, le long de l’avenue Gabriel-Péri, il consulte sur son téléphone les itinéraires publiés par les automobilistes qui roulent dans sa direction. C’est le cas de Julie, propriétaire d’une Renault Clio, à qui Jimmy adresse une demande, aussitôt acceptée. Ils se retrouvent en quelques secondes et effectuent un petit bout de trajet ensemble. Jimmy débourse 2 € par mois pour utiliser ce service. Julie, elle, gagne des points à faire valoir chez des partenaires de Ouihop’, comme des enseignes de lavage automobile, de location de voitures, de parking… À l’issue du parcours, chacun laisse un commentaire et une note pour faire part de son expérience.

20 € de gains par mois

Cette situation imaginaire pourrait se produire régulièrement dans les prochains mois à Antony. Ouihop’ fait partie des entreprises retenues par la Société du Grand Paris dans le cadre d’un appel à projets sur les « nouvelles mobilités actives, électriques et numériques ». Une expérimentation va être menée d’octobre à février dans le quartier Antonypole auprès d’entreprises partenaires, comme Stallergenes, Air Liquid, ZF. Leurs salariés seront invités à tester cette nouvelle forme d’auto stop urbain. Surtout, les conducteurs de ces sociétés, s’ils publient un trajet par jour, recevront 20 € par mois. L’enjeu est de réduire le trafic automobile par l’amélioration du taux d’occupation des véhicules. « Il s’agit aussi d’un mode de déplacement complémentaire des transports en commun », ajoute Laurent Maghdissian. Pour se développer, les dirigeants de la start-up, Jean-Baptiste Boneu, Laurent Maghdissian et Franck Rougeau, ont convaincu les pouvoirs publics : l’Ademe et la Banque publique d’investissement ont apporté leur soutien financier. Île-de-France Mobilités (ex-Stif) a intégré, de son côté, l’application dans son calculateur d’itinéraires ViaNavigo. Par ailleurs, des points stop Ouihop’ sont en cours d’aménagement au plateau de Saclay. Créer des zones de rencontre entre autostoppeurs et conducteurs facilite l’essor de la jeune pousse. « L’idéal serait de pouvoir utiliser les arrêts de bus », estime Jean-Baptiste Boneu. Un nouveau défi à relever pour la start-up.

Jean-Baptiste Boneu et Laurent Maghdissian.Les créateurs

Amis depuis le collège à Antony, Laurent Maghdissian et Jean-Baptiste Boneu, 35 ans tous les deux, sont complémentaires. Le premier s’est forgé un profil d’ingénieur en passant par l’ENS Cachan, les Ponts et Chaussées et le groupe Alstom. Le second a étudié en école de commerce à l’ESCP Europe puis a travaillé dans le conseil et le financement de projets. Ils ont mis leurs atouts en commun, avec Franck Rougeau, pour créer la start-up de covoiturage urbain Ouihop’. Forte de huit salariés, leur application revendique 40 000 utilisateurs deux ans après son lancement. Elle est disponible en Île-de-France, à Montréal, et bientôt à Lyon et à Bordeaux. « Je me souviens des jours de grève du bus 196 à Antony, il y a vingt ans. Je faisais du stop pour rejoindre mon collège. Aujourd’hui, je pourrais utiliser Ouihop’ », s’amuse Laurent Maghdissian.

En chiffres

  • 1,04 occupant par véhicule dans l’aire urbaine parisienne pour les déplacements domicile-travail
  • - 16 % de véhicules en circulation dans les zones urbaines si l’on atteint deux personnes par voiture
  • - 4 % de consommation de carburant et de CO2, si le taux d’occupation par véhicule atteint deux personnes
  • 45 heures perdues chaque année par un automobiliste parisien dans les bouchons