Actualités

Retour aux actualités
Aménagement

Suppression du passage à niveau Fontaine Michalon : le Préfet soutient la SNCF

L’Etat a décidé de supprimer le passage à niveau de Fontaine-Michalon. Une opération qu’il a déclarée d’intérêt public parce que, même si jusqu’à présent aucun accident mortel ne s’y est jamais produit, le passage quotidien de 8 500 voitures le rend particulièrement dangereux.
 

Détourner la rue Mirabeau et la faire passer sous les voies du RER C est une opération longue – elle va nécessiter quatre ans de travaux - et porteuse de nuisances importantes pour les riverains. Le rôle de la Ville d’Antony, c’est de les protéger.
 

Au cours des derniers mois, la Ville a obtenu de la SNCF plusieurs améliorations à son projet initial et, en particulier, l’installation d’un ascenseur pour permettre aux personnes à mobilité réduite de traverser le chantier pendant la durée des travaux. La SNCF n’avait prévu qu’un escalier.
 

En revanche, un point important fait encore débat : la prise en compte des travaux de nuit. Contrairement à ce qui avait été annoncé par la SNCF pendant l’enquête publique, la Ville a appris, tout récemment, que la majorité des travaux aurait lieu de nuit, entre 23 heures et 5 heures du matin, pour ne pas perturber le trafic des RER et des TGV.
 

La Ville a donc exigé de la SNCF qu’elle protège les riverains du bruit excessif des travaux de nuit, en installant des protections  acoustiques dans les logements situés à proximité du chantier.
 

La SNCF n’a accepté cette demande que pour les logements situés dans un rayon de quarante mètres autour du chantier, considérant qu’au-delà de cette distance, les travaux de nuit ne posaient aucun problème.
 

Le maire d’Antony, Jean-Yves Sénant, a donc conditionné la signature des arrêtés de voirie indispensables à l’installation du chantier à la conclusion d’un accord sur le périmètre de protection.
 

Usant de son pouvoir régalien, le Préfet des Hauts-de-Seine vient de décider de signer lui-même les arrêtés de voirie. La SNCF peut donc installer son chantier sans devoir protéger les riverains du vacarme des travaux de nuit.
 

Pour économiser quelques centaines de milliers d’euros sur un projet de 27 millions, le Préfet a donc décidé de sacrifier les nuits de centaines de riverains du chantier du passage à niveau. La ville d’Antony ne partage pas sa conception de l’intérêt public. Il est clair pour la Ville que le projet de suppression du passage à niveau, que l’Etat a déclaré d’intérêt public, aurait dû comporter la protection des riverains contre le bruit des travaux de nuit. C’est ce que demande la Ville d’Antony.
 

La ville d’Antony demande donc instamment au Préfet des Hauts-de-Seine qu’il soit imposé à la SNCF de doter de protections acoustiques efficaces l’ensemble des logements qui seront affectés par le bruit des travaux et ceci avant le début des travaux bruyants.

Plan des protections acoustiques
Plan des protections acoustiques : cliquez ici pour obtenir le plan en grand format (version PDF)
Légende :
En jaune : périmètre défini par la SNCF
Trait rouge : périmètre défini par la Ville
Trait vert : périmètre de 40m envisagé par la SNCF
Bâtiments bleus : 1re phase "protection acoustique"
Bâtiments roses : 2e phase "protection acoustique"


Wissam NehméQuestions à Wissam Nehmé, conseiller municipal délégué à la sécurité routière et à la prévention des risques.

Pourquoi organiser cette réunion publique ?

Lors de la réunion du 5 juillet, le Maire, Jean-Yves Sénant, a exigé de la SNCF la prise en compte de plusieurs demandes visant à améliorer la qualité de vie des riverains pendant la phase travaux, y compris la tenue d’une réunion publique. Depuis, plusieurs réunions ont eu lieu et des avancés notables ont été obtenues, notamment lors de la réunion du 8 janvier, ce qui ouvrait la porte pour la tenue de cette réunion publique afin que la SNCF puisse répondre enfin à toutes les questions des riverains. Après avoir concerté les associations de riverains du quartier, nous avons pris en compte leur demande afin qu’elle soit organisée le 9 février. D’ailleurs une réunion préparatoire a eu lieu entre la SNCF et les associations à la mairie le 22 janvier.

Quelle est votre priorité ?

Je me suis exprimé à plusieurs reprises sur ce dossier, la SNCF et l’État peuvent faire mieux, mais aujourd'hui personne ne peut s’opposer à la suppression d'un passage à niveau ! Comme je l’ai déjà dit à maintes reprises, mon rôle d’élu en charge de ce dossier est de faire en sorte que l'impact des travaux de cette suppression soit la moins pénalisante pour la vie du quartier et de tout mettre en œuvre pour préserver le tissu commercial existant.

Réunion publique le 9 février à 17 h à Espace Vasarely

Place des Anciens-Combattants-d’Afrique-du-Nord

Image en couverture : vue de la rue Mirabeau vers le sud après la suppression du passage à niveau.