Actualités

Retour aux actualités
Histoire
Dernière modification le 27/02/2019

Les troubadours du Beau Vallon

Lors des jours de bal d'après-guerre, la fanfare Les Bigophones du Beau Vallon d’Antony défilait dans les rues de la ville. Elle était composée pour l’essentiel de salariés de la Compagnie des compteurs qui avaient plaisir à se retrouver pour faire la fête.
 

Avant de désigner un téléphone, le terme bigophone avait une autre signification que les Antoniens parmi les plus anciens ont peut-être gardée en mémoire. Il évoque un instrument de musique carnavalesque, très bruyant, populaire et facile à fabriquer. Une sorte de flûte qui a marqué l’histoire du quartier du Beau Vallon d’après-guerre. La raison ? Il a donné son nom à une fanfare : « Les Bigophones du Beau Vallon d’Antony ». Une bande de joyeux lurons qui défilait jusqu’au centre-ville, les jours de bal. Ils étaient équipés de lampions, de tambours et, bien sûr, de bigophones. Jeunes et moins jeunes portaient alors un uniforme vert et jaune en tissu ou en papier crépon, ainsi que des calots de cérémonie dans les mêmes couleurs.

Une fanfare pour se distraire

Pour bien comprendre leur action, il faut se rendre au 22 boulevard Colbert. C’est l’adresse du café-épicerie Le Colbert, un point de ralliement incontournable. À cette époque, la campagne recule devant l’urbanisation. La période est à l’optimisme et à la reconstruction. Le quartier est habité par de nombreux salariés de la Compagnie des compteurs. Cette ancienne société de fabrication de compteurs d’eau et d’électricité louait des logements à son personnel : de petits pavillons qui ressemblaient à des cabanes canadiennes. Cette nouvelle population aspire à se distraire. Hormis des courses cyclistes, elle a l’habitude de se rendre dans ce café pour passer un bon moment. Lorsque les membres de l’Amicale des habitants du quartier Beau Vallon ont créé un orchestre, Mme Bucaffuri, propriétaire de cet établissement, a eu l’idée de lui adjoindre le nom de « Bigophones ».

Une solidarité de quartier

Dans le journal Les Amis du Beau Vallon de l’époque, on peut lire : « Que de fêtes pour un oui ou pour un non : déguisements, chars fleuris, mascotte élue pour un an… Jeux pour petits et grands, courses à pied, de patins à roulettes, voire même de traîneaux…. Il y avait bal chaque samedi soir et le dimanche après-midi, avec orchestre bien sûr. Prix unique pour l’entrée, un vestiaire, une consommation ! » En plus de sa dimension festive, cette fanfare a renforcé les liens entre Antoniens. Elle est synonyme de convivialité et de solidarité. Dans plusieurs communes voisines, des orchestres du même type ont aussi vu le jour, comme à Chaville sous le nom Le Club des trompettards.

1946

Reprise des activités de la fanfare des Bigophones du Beau Vallon.

1965

Fin de la fanfare.

Fin des années 90

Fermeture du café Le Colbert

Articles recommandés

Développement durable : découvrez les actions de la Ville
Environnement

Développement durable : découvrez les actions de la Ville

Pour la 8e année consécutive, la ville d’Antony publie un rapport annuel développement durable. Le rapport couvre l’ensemble des champs du développement durable (y compris social et... Lire la suite

Des bulles dans la ville - Concours de BD : à vos crayons !
Culture
07.04.2019 au 30.04.2019

Des bulles dans la ville - Concours de BD : à vos crayons !

Le festival antonien de la bande dessinée Des Bulles dans la Ville revient le dimanche 12 mai 2019 à l'Espace Vasarely. Comme chaque année, un grand concours de BD est organisé pour l'occasion.... Lire la suite

Complexe sportif La Fontaine - Arnaud Beltrame : nouvel écrin sportif
Sport

Complexe sportif La Fontaine - Arnaud Beltrame : nouvel écrin sportif

Le retard dans la construction du complexe sportif La Fontaine - Arnaud Beltrame n’est plus qu’un lointain souvenir. L'équipement qui regroupe deux gymnases de 1714m² et 3539m² accueille ses... Lire la suite