Agenda

Retour à l'agenda
Exposition
13.05.2020
Dernière modification le 16/05/2020

La Maison des Arts, chez vous : panier artistique du 13 mai 2020

en couverture : Nicolas Henry, Kitihawa’s Chandelier (extrait), 2017, 54 tirages numériques sur dibond, Dimensions variables

Pendant la durée du confinement, la Maison des Arts vous propose chaque semaine un « panier artistique » à découvrir en famille dès le mercredi.
 

Au menu de ce nouveau panier, comme les semaines précédentes, nous vous proposons des conseils de lecture, de films et d’émissions radiophoniques en lien avec les arts, un focus sur une œuvre de notre exposition « Contes photographiques », un Mini Quiz, un tutoriel vidéo pour un nouvel atelier pratique en famille, et nos nouvelles rubriques pour vous donner des nouvelles de nos artistes et un petit jeu de mots en lien avec les arts.

Amusez-vous bien et prenez soin de vous !


Giuseppe PenoneUne semaine, une émission de radio sur l'art

Cette semaine, prenez une magistrale leçon d’art autour de la Nature avec Giuseppe Penone, grâce à la masterclass qu’Arnaud Laporte lui a confiée le 18.04.2020 sur France Culture : « Giuseppe Penone : Ce n’est pas seulement une expression de l’homme qui peut provoquer l’émerveillement, mais aussi la réalité comme nature de l’homme ».


Une semaine, un film sur l'art

L&aposarche russeCette semaine, (re)découvrez un ovni somptueux du cinéma russe avec le film suivant :
 

L’Arche russe, d’Alexandre Sokourov, 2002, 1h39
 

Dans ce film, le spectateur suit un visiteur étranger dans le musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg. On y croise des personnages issus de l’histoire russe, comme l’écrivain Alexandre Pouchkine. Ce chef-d’œuvre plusieurs fois récompensé est également une prouesse technique car il s’agit d’un seul et même plan séquence ! Une particularité rendue possible par les progrès de la vidéo numérique en haute définition.

Disponible en ligne sur les plateformes VOD

SigmaUne semaine, un livre sur l'art

Enquêtez cette semaine dans le milieu de l’art avec le livre :

Julia Deck, Sigma, éditions de Minuit, 2017

Le point de départ de ce roman est la disparition d’un tableau d’un peintre célèbre alors qu’on pensait qu’il avait détruit toutes ses œuvres. De nombreux personnages sont à sa recherche pour des motifs plus ou moins louables, dont l’organisation secrète internationale appelée Sigma, bien décidée à mettre la main sur cette œuvre pour la placer dans un musée...

  • Pour en savoir plus :

 


Une semaine, un mini-quiz

Pendant la durée du confinement, la Maison des Arts vous propose chaque semaine un « panier artistique » à découvrir en famille dès le mercredi, y compris un mini-quizz.

Cliquez ici pour accéder au questionnaire de la semaine !


Une semaine, une œuvre de l'exposition "Contes photographiques"

Nicolas Henry, Kitihawa&aposs Chandelier

Nicolas Henry, Kitihawa’s Chandelier (extrait), 2017, 54 tirages numériques sur dibond, Dimensions variables

Petit rappel des séries photographiques de Nicolas Henry présentées depuis le début des « paniers artistiques » de la Maison des Arts :

  • « Les cabanes de nos grands-parents » : Première série de Nicolas Henry, qui souhaitait mettre en lumière nos aînés à travers le monde avec leurs coutumes et leurs objets, dans des compositions théâtrales tantôt tendres, tantôt humoristiques
  • « Cabanes imaginaires autour du monde » : Dans cette deuxième série, Nicolas Henry reprend la démarche élaborée pour « Les cabanes de nos grands-parents » mais l’élargit à l’ensemble de la société et non plus seulement à une frange de la population
  • « Les aventures de Supershaktimaan » : Dans cette série, Nicolas Henry raconte dans des photographies hautes en couleurs les aventures et les amours du « Superman » hindou Supershaktimaan et de la belle princesse musulmane Shamina ; une manière d’aborder des thèmes universels chers à l’artiste comme la tolérance et le droit de choisir son amour

Nous poursuivons cette semaine notre exploration des œuvres de Nicolas Henry avec la présentation de la dernière série présentée dans notre exposition « Contes photographiques » : Kitihawa’s Chandelier. Ce projet, soutenu par la ville américaine de Chicago et l’Illinois Art Council, a été créé en 2017 pour le DuSable Museum of African American History à Chicago.
 

Kitihawa’s Chandelier est un conte photographique composé d’une cinquantaine de photographies de petit et moyen formats, déroulant l’histoire de l’esclavage et l’arrivée des différentes communautés sur le continent américain.
 

Dans un souci de justesse et de vérité, Nicolas Henry s’est beaucoup documenté sur l’histoire de la colonisation et de la décolonisation, les souffrances engendrées et les espoirs soulevés dans leur sillage. Et, bien sûr, comme la rencontre humaine est au cœur de toutes ses œuvres, l’artiste est allé à la rencontre des habitants de Chicago eux-mêmes, issus de différentes communautés. Kitihawa’s Chandelier met ainsi en avant de grandes figures de la lutte contre l’esclavage telles que Toussaint-Louverture en Haïti, mais nous fait également connaître des hommes et des femmes oubliés, comme Kitihawa, une Indienne Potawatomi qui était l’épouse de Jean-Baptiste Pointe Dusable, le fondateur de la ville de Chicago.
 

Comme les œuvres précédentes de Nicolas Henry que nous vous avons présentées, Kitihawa’s Chandelier mêle habilement histoires et Histoire et la portée universelle de son propos est évidente. Ce conte photographique traite en effet à la fois de résilience, de tolérance, de dialogue et de solidarité.
 

Bien sûr, une nouvelle fois, la réalité se mêle savamment à la fiction. Ainsi, les personnes représentées n’incarnent pas toujours leur propre vie mais endossent le costume de grands personnages de l’Histoire, comme par exemple Toussaint-Louverture déjà mentionné. Ici encore, les décors sont intégralement imaginés et fabriqués par Nicolas Henry et les habitants rencontrés, avec des objets et des matériaux de récupération. Cette démarche artistique confère ainsi une certaine aura magique à ces œuvres.
 

Pour autant, les œuvres sont extrêmement bien construites et la mise en scène est rigoureuse. Prenons l’exemple de la photographie présentée ici. On y voit deux fillettes face à face, l’une blanche et l’autre noire. Elles sont en train de se peindre mutuellement dans la couleur de peau de l’autre. Le schéma narratif tire toute sa puissance de la simplicité de ce geste symbolique, qui n’est pas sans rappeler les mots du chanteur Claude Nougaro, dans sa célèbre chanson Armstrong : « (...) Noir et Blanc sont ressemblants comme deux gouttes d’eau ».
 

À la simplicité de l’action répond la sobriété de la mise en scène. L’histoire racontée se passe dans une pièce, devant une fenêtre ornée de lourds rideaux noirs ourlés de blanc. Les jeux de lignes sont puissants : la position verticale des deux fillettes est accentuée par les lignes verticales du lambris sur les murs, les montants de la fenêtre et le fil électrique pendant sur la droite depuis le climatiseur. Notre regard est guidé vers la solennité du geste au centre de l’image, qui s’inscrit dans l’embrasure des rideaux, comme sous un dais. Autant d’astuces qui rendent cette photographie des plus percutantes, rendant le message limpide.
 

La scénographie des œuvres de Nicolas Henry est toujours très importante pour l’artiste. Par exemple, si vous vous êtes baladés en octobre dernier sur la place du Palais-Royal, à Paris, vous avez peut-être aperçu une grande installation de photographies de l’artiste à l’occasion des 70 ans d’Emmaüs jouant avec l’espace à disposition et avec les lumières.
 

La présentation de Kitihawa’s Chandelier à la Maison des Arts ne déroge pas à cette règle. Nicolas Henry a ainsi réalisé sur place une installation originale épousant la courbure des murs de l’étage du bâtiment, à laquelle répondent de grandes tiges végétales torsadées enchâssant les cadres.
 

Pour en savoir plus sur Kitihawa’s Chandelier et découvrir d’autres photographies de cette série : www.nicolashenry.com/kitihawas-chandelier


Une semaine, un atelier

Cette semaine, réalisez un tableau à la manière de Robert et de Sonia Delaunay, toujours avec le matériel à disposition chez vous !

N’hésitez pas à nous faire part de vos réalisations en nous envoyant des photos à l’adresse maisondesarts@ville-antony.fr.


Des nouvelles de nos artistes !

Anne MarchandChaque semaine, retrouvez ici l’actualité de deux artistes passés à la Maison des Arts.

Jardins intérieurs


Les mots cachés de la semaine !

Cliquez ici pour consulter les réponses des mots mêlés de la semaine dernière !

Retrouvez dans la grille les mots cachés de la liste en lien avec les arts et les expositions !

Mots mêlés

Réponses dans le panier de la semaine prochaine !


Le puzzle de la semaine

Recomposez l’œuvre de Nicolas Henry Yukari et les sakuras sur la page suivante :

https://www.jigsawplanet.com/?rc=play&pid=23c05777080d

Yukari et les sakuras

Articles recommandés

La culture, toujours là pour vous
Culture

La culture, toujours là pour vous

La culture, toujours là pour vous ! Prêt de livres numériques, visio-conférences, cinéma en VOD, découvertes d'œuvres photographiques ou encore jeux en ligne... Les équipements culturels... Lire la suite

Jukebox des studios : vos playlists à écouter à la maison !
Musique

Jukebox des studios : vos playlists à écouter à la maison !

Participez au Jukebox des Studios ! L'équipe de l'espace Vasarely vous propose de contribuer à la création de 3 playlists thématiques made in Antony pour vous accompagner pendant vos moments de... Lire la suite

Des Bulles dans votre Salon : le festival de BD s'invite chez vous
Animation
16.05.2020 au 13.06.2020

Des Bulles dans votre Salon : le festival de BD s'invite chez vous

Initialement prévu le 16 mai à l'espace Vasarely, le festival de bande dessinée Des Bulles dans la Ville s'adapte à l'épidémie et devient... Des Bulles dans votre Salon ! Du 16 mai au 13 juin... Lire la suite