Agenda

Retour à l'agenda
Exposition
29.04.2020
Dernière modification le 29/04/2020

La Maison des Arts, chez vous : panier artistique du 29 avril 2020

en couverture : Nicolas Henry, Anjana, 2016, tirage numérique sur dibond, 120x140 cm

Pendant la durée du confinement, la Maison des Arts vous propose chaque semaine un « panier artistique » à découvrir en famille dès le mercredi.
 

Au menu de ce nouveau panier, comme les semaines précédentes, nous vous proposons des conseils de lecture, de films et d’émissions radiophoniques en lien avec les arts, un focus sur une œuvre de la prochaine exposition « Contes photographiques », un Mini-Quiz et un tutoriel vidéo pour un nouvel atelier pratique en famille.

Amusez-vous bien et prenez soin de vous !


Willy RonisUne semaine, une émission de radio sur l'art

Exposition de photographie oblige, nous vous conseillons cette semaine d’écouter « Willy Ronis, l’instant du déclic (1910-2009) », une émission du programme Toute une vie de France Culture diffusée le 20.10.2018.
 

Si vous fréquentez régulièrement la Maison des Arts, vous vous souvenez peut- être de l’exposition qui lui avait été consacrée en 2000 ? L’émission revient sur la vie et l’œuvre de ce photographe emblématique de la photographie humaniste française.
 


Une semaine, un film sur l'art

La ronde de nuitCette semaine, nous vous invitons à poursuivre votre immersion dans le monde de la peinture hollandaise du XVIIe siècle, cette fois sur les traces d’un autre célèbre peintre du Siècle d’or de la peinture hollandaise : Rembrandt, avec le film suivant :
 

La ronde de nuit, de Peter Greenaway, 2008, 2h21

Dans ce film, nous suivons Rembrandt du sommet de sa gloire lorsque de  la milice civile d’Amsterdam lui commande un portrait de groupe, à sa déchéance sociale. Ce portrait de groupe est plus connu sous le nom La ronde de nuit ; il est l’un des chef d’œuvres de Rembrandt.
 

Selon les mots du journaliste Jean-Luc Douin, « Peter Greenaway superpose brillamment biographie du peintre, décryptage de l'œuvre et réflexion sur l'art ». Le parti pris du réalisateur est théâtral et entre en résonance avec les oeuvres de l’exposition « Contes photographiques ».  S’il vous faut une motivation pour les plus jeunes, Rembrandt est incarné par Martin Freeman, qui jouait Bilbon Sacquet dans la trilogie Le Hobbit !

Disponible en ligne sur les plateformes VOD

Zola, l&aposoeuvreUne semaine, un livre sur l'art

Cette semaine, nous vous proposons de rester au XIXe siècle, mais nous quittons l’univers fantastique de Mérimée pour le réalisme d’Émile Zola, qui a souvent écrit sur l’art de manière fictionnelle dans ses romans, ou plus scientifique dans ses critiques d’art. Si vous souhaitez en savoir plus sur Émile Zola critique d’art, nous vous invitons à lire des extraits des commentaires qu’il a pu faire grâce au recueil Salons, qui regroupe ses analyses.
 

Si vous souhaitez plutôt un roman, voici le livre qu’il vous faut !

Émile Zola, L’œuvre, 1886

Dans ce livre, le quatorzième volume de la série Les Rougon-Maquart, Émile Zola nous transporte dans le monde de l’art et des artistes de la fin du XIXe siècle. On y suit le parcours de Claude Lantier, fils de Gervaise et peintre maudit. Sa peinture moderne, qui séduit la jeune Christine, ne trouvera malheureusement pas son public... On ne vous en dit pas plus !


Une semaine, un mini-quiz

Pendant la durée du confinement, la Maison des Arts vous propose chaque semaine un « panier artistique » à découvrir en famille dès le mercredi, y compris un mini-quizz.

Cliquez ici pour accéder au questionnaire de la semaine !


Une semaine, une œuvre de l'exposition "Contes photographiques"

Nicolas Henry, Anjana, 2016, tirage numérique sur dibond, 120x140 cm

Nicolas Henry, Anjana, 2016, tirage numérique sur dibond, 120x140 cm

L’œuvre de Nicolas Henry Anjana fait partie d’une série intitulée Les aventures de Supershaktimaan. Dans ce conte philosophique oriental, qui nous emmène du Rajasthan (en Inde) à Fès (au Maroc), nous sont narrées les péripéties et les amours impossibles de Supershaktimaan, « Superman » de confession hindoue, et de Shamina, une belle princesse musulmane. Sortes de Roméo et Juliette indiens, les deux héros illustrent un thème cher à Nicolas Henry : le droit de choisir son amour, quelles que soient son extraction sociale, sa religion, son sexe, etc. Comme dans d’autres œuvres, le photographe nous invite ainsi à méditer sur une société où la tolérance et la liberté outrepasseraient les clivages d’ordre religieux.
 

 La scène se passe en intérieur, dans une sorte de tente de fortune, vraisemblablement de nuit car il n’y a aucune source lumineuse naturelle. De prime abord, on a l’impression de regarder une pièce de théâtre. Au premier plan, on distingue un amoncellement de tissus et de matelas épars au sol dans la pénombre. Les quatre personnages de la scène sont placés au deuxième plan. À gauche, un homme tout de blanc vêtu est assoupi assis sur une banquette. À droite, dans une composition symétrique, une maman semble lire un livre avec son fils, peut-être est-ce l’histoire avant de dormir ? Au centre de l’image, la princesse Anjana, vêtue d’un sari chatoyant, est allongée sur le côté au sol sur l’amoncellement de tissus, dans une attitude pensive. Derrière Anjana, l’arrière-plan est occupé par une sorte de grand tableau allant du sol au plafond dans un encadrement de bois, qui semble raconter un long voyage aux quatre coins de la terre : un bateau sur la mer, des oiseaux évoquant probablement un voyage dans les airs, ainsi qu’un éléphant et  un cheval pour des déplacements terrestres sont éparpillés sur toute la surface. Le tableau relie tous les personnages de la scène. Il peut s’agir à la fois de l’histoire que sont en train de lire la mère et son enfant, du rêve que fait l’homme endormi et de la pensée d’Anjana. On imagine que ce récit relate les péripéties de Supershaktimaan.
 

 La disposition des tissus, la composition générale et l’éclairage structurent habilement l’œuvre de Nicolas Henry. Les personnages sont ainsi alignés sur une ligne horizontale au milieu de l’image. La scène est dynamisée par les puissantes verticales des montants en bois au centre. La manière dont la toile de fond est disposée joue un rôle également important dans la mesure où les plis se répondent et appuient les positions des personnages dans une composition  pyramidale. La lumière provient de trois sources artificielles différentes : quelques ampoules au centre, au-dessus d’Anjana, et deux fortes sources lumineuses hors champ situées dans le fond à gauche et à droite. Ces éclairages donnent d’intéressants jeux de clair-obscur, faisant par ailleurs ressortir la vivacité des couleurs des vêtements et des tissus. Autant d’éléments qui rapprochent  la technique photographique de Nicolas Henry de la démarche des peintres. En même temps, il reprend la pratique indienne ancienne des rehauts sur photographie, incluant costumes, bijoux, tissus et peinture à sa technique photographique.
 

 Comme pour toutes ses œuvres, Nicolas Henry a voyagé et travaillé en Inde avec une équipe locale. Il a utilisé des matériaux glanés çà et là pour fabriquer le décor sur place. Puis, une fois les prises de vue achevées, il s’est associé pendant un mois avec une équipe d’artistes de Jaipur pour créer une cinquantaine de tirages uniques.
 

Le projet a été accueilli par l’Institut Français de Fès et a été présenté aux Rencontres Internationales de la Photographie. Une tournée a ensuite eu lieu au Maroc en 2017. La réalisatrice Sibylle d’Orgeval a par ailleurs réalisé deux documentaires sur ce travail pour la chaîne « Voyage ». De larges installations ont enfin été mises en scène au Festival de Littérature de Jaipur en Janvier 2018.
 

Une autre photographie de cette série est présentée dans l’exposition « Contes photographiques » que vous pourrez découvrir dès que nous pourrons de nouveau vous accueillir.
 

 En avant-première, en voici un détail :

Jaipur


Une semaine, un atelier

Cette semaine, nous vous proposons de réaliser un paysage dans le style naïf, toujours avec le matériel à disposition chez vous !

N’hésitez pas à nous envoyer vos réalisations en photo en précisant seulement votre prénom, nous créerons ainsi une petite exposition virtuelle sur notre chaîne YouTube !


Nouvelle rubrique : des nouvelles de nos artistes !

Chaque semaine, retrouvez ici l’actualité de deux artistes passés à la Maison des Arts.


Nouvelle rubrique : les mots croisés de la semaine !

Mots fléchés

Réponses dans le panier de la semaine prochaine !

Articles recommandés

Le Sélect ouvre un service de VOD dédié aux cinéphiles
Cinéma

Le Sélect ouvre un service de VOD dédié aux cinéphiles

Avis aux cinéphiles ! Le Sélect ouvre une 5e salle... dans votre salon ! En partenariat avec la plateforme de VàD La Toile, l'équipe du cinéma vous invite à découvrir chaque mois une... Lire la suite

La culture, toujours là pour vous
Culture

La culture, toujours là pour vous

La culture, toujours là pour vous ! Prêt de livres numériques, visio-conférences, cinéma en VOD, découvertes d'œuvres photographiques ou encore jeux en ligne... Les équipements culturels... Lire la suite

Jukebox des studios : vos playlists à écouter à la maison !
Musique

Jukebox des studios : vos playlists à écouter à la maison !

Participez au Jukebox des Studios ! L'équipe de l'espace Vasarely vous propose de contribuer à la création de 3 playlists thématiques made in Antony pour vous accompagner pendant vos moments de... Lire la suite