The boss

Dernière modification le

The boss est un jeu d’Alain Ollier, illustré par Tony Rochon, édité chez Blackrock editions en 2010 pour la version de 2 à 4 joueurs, puis en 2013 pour 6 joueurs. Il peut se jouer dès 10 ans. Chaque partie dure de 20 à 60mn et intègre de 2 à 6 joueurs. Le thème du jeu est la mafia, les gangsters !

But du jeu : le gagnant est le joueur qui totalise le plus d’argent à la fin de la dernière manche.

Principes de base

Le principe de « The Boss » est simple, chaque joueur est à la tête d’un groupe de gangsters et affronte les autres gangs de bandits pour prendre le contrôle de différentes villes des États-Unis. Les cartes « personnage» sont posées sur la table (celles-ci sont numérotées de 1 à 7 et de couleurs différentes). La carte spéciale Alcapo (le boss de Chicago) est placée en deuxième position au début de la partie. Une carte ville est ensuite posée face cachée sous chaque personnage (même couleur) et le reste des cartes est distribué entre les joueurs. Chaque joueur prend un lot de cubes de la même couleur : ils représentent sa bande de gangsters. Les gros cubes sont les gangsters « experts » et les petits cubes, les gangsters « occasionnels » (les gangsters « occasionnels » ne se récupèrent pas, vous les perdrez à la fin de chaque manche).
Un petit plateau représente l’argent que vous allez gagner au fil des manches, la prison dans laquelle vos gangsters dormiront (ou pas) et l’hôpital dans lequel ils se feront (soignés ou pas) en cas de blessures.

Comment jouer ?

Une manche est composée de 4 ou 5 tours (en fonction du nombre de joueurs), et une partie peut durer de 3 à 5 manches. La fin de la partie est déterminée par les cartes « Police », trois cartes de la même couleur déterminent la fin de la partie.

Les joueurs auront deux actions possibles :
L’action facultative : poser des gangsters sur les cartes personnages.
L’action obligatoire : poser une carte ville par tour
Dans « The Boss », les cartes villes sont les cartes que les joueurs tiennent en main. Elles sont importantes car il y a des indications et / ou des symboles qui indiquent quels seront les bonus ou malus gagnés à la fin de chaque manche. La couleur du recto de ces cartes permettra aux autres joueurs de faire des déductions qui pourront les orienter vers leurs actions futures. Sachant qu’il y a entre 3 et 5 cartes action par ville, les joueurs supposeront que tel joueur pourrait avoir telle carte et ainsi de suite.

Exemple : Arthur détient 2 cartes au recto bleu, Florian en a 1 et moi 2.
Arthur, Florian et moi essayerons donc de déduire quelles sont les cartes que nous possédons chacun en main. Grâce à nos déductions, nous pourrons faire des enchères (ou pas) dans la ville concernée, sans oublier de bluffer bien sûr pour induire en erreur nos adversaires.

Une fois ces règles comprises, l’alliance bluff, déduction, enchères fonctionne très bien. Je vous le conseille à partir de 3 joueurs et plus, car à deux joueurs tout le côté bluff et enchères est beaucoup moins rigolo ! Un petit jeu ma foi bien sympathique, grâce auquel vous allez peut-être devenir le Boss !  Alors c’est qui le Boss ?


Patricia - mars 2016