Keltis

Dernière modification le

Un jeu Reiner Knizia, illustré par Claus Stephan et Martin Hoffmann, édité chez Kosmos en 2008.
À partir de 10 ans, de 2 à 4 joueurs, durée d’une partie environ 30 minutes. But du jeu : gagner un maximum de points en amenant ses pions le plus loin possible sur les cases « sentiers » du plateau de jeu.


Principes de base

Le plateau représente une grosse pierre de départ allant vers cinq sentiers jonchés de runes sur lesquelles sont dessinés des symboles. Pour chaque sentier, un symbole et une couleur sont représentés. Les chiffres sur le plateau sont les points que vous gagnerez ou ceux que vous perdrez à la fin de la partie. Sur les cases foncées et les cases n°10 de chaque sentier poser les tuiles Chance que vous pourrez récupérer. Ces tuiles sont de 3 types et vous rapportent différents bonus.
110 cartes symbole représentent les cinq sentiers, elles sont numérotées de 0 à 10 et sont chacune en double exemplaire.


Mise en place et déroulement de la partie

Chaque joueur prend les pions « trèfles » d’une même couleur, reçoit 8 cartes et commence la partie en plaçant ses 4 pions « trèfle » moyens et le géant sur la case de départ.
À votre tour de jeu, vous aurez le choix entre : poser 1 carte sur la table devant lui et faire avancer un de ses pions d’une case sur le sentier correspondant, en faisant une colonne par symboles différents (il y en a cinq). Les cartes se posent dans l’ordre croissant ou décroissant, ou égal. Ainsi lorsque vous poserez la 2ème carte dans une de vos colonnes, vous devrez décider dans quel ordre la poser.
Vous pourrez parfaitement passer du 0 au 6 ou du 10 au 5, mais les cartes manquantes et piochées plus tard ne se placeront plus.
- défausser une ses cartes face visible à l’extrémité de l’un des cinq sentiers correspondants.
Peu à peu se formeront cinq pioches ouvertes (seule la carte du dessus du paquet sera prenable).
À la fin de votre tour, vous aurez le choix de la pioche (la pioche fermée ou bien de l’une des cinq pioches sur le plateau) pour avoir toujours 8 cartes en main.
Attention, vous ne pourrez poser qu’un seul de vos pions par sentier. Plusieurs joueurs pourront avoir leurs pions sur la même case sans se bloquer.
Au fil de vos ascensions, et si vous avez les bonnes cartes, vous récupérerez des pierres de souhaits, avancerez vos pions sans poser de cartes grâce aux tuiles « trèfles » et gagnerez des points en cours de partie. Des actions en chaîne peuvent être possibles, si vous choisissez les bons sentiers.
La partie prend fin lorsqu’un 5ème pion arrive dans la zone supérieure du plateau, entre le 6 et le 10 ou bien si un joueur prend la dernière carte de la pioche.
Chaque joueur comptera ses points en additionnant ou/et soustrayant les valeurs écrites à côté de leurs pions + les points des Pierres de souhaits. Celui qui aura le plus de points sera le vainqueur.

Keltis est un bon jeu familial que j’apprécie pour sa fluidité, la compréhension rapide de la règle. Le facteur « chance » est assez présent car, évidemment si vous ne piochez pas les bonnes cartes au bon moment, l’ascension de vos pions sera plus difficile, voire stagnante parfois.
La mécanique de ce jeu est presque la même que le jeu des Cités perdues à un détail près.
Pour varier les plaisirs, Reiner Knizia, a créé une extension et décliné ce jeu en d’autres versions, comme :
Keltis « Nouveaux défis » vous permettra de varier les parties, en jouant sur un plateau avec des sentiers différents et aussi en récupérant des pierres de couleurs. Il vous faut avoir le jeu de base car les mêmes cartes sont nécessaires.
Keltis « jeu de dés » est un petit format de jeu avec un plateau recto/verso en forme de puzzle où des dés « Symboles » désigneront sur quels sentiers grimper. Ce jeu est assez rapide et pratique, à emporter partout et tout aussi plaisant que ses grands frères.

Il existe d’autres versions de Keltis que je n’ai jamais retrouvées dans les magasins de jeux en France, certaines sont en version allemande :
Keltis « L’Oracle », Keltis jeu de cartes, Keltis « La voie de la pierre », un jeu solo.
Si vous possédez une de ces quatre versions, c’est avec plaisir que nous ferons plusieurs parties avec vous !

Patricia - mai 2016