Metropolys

Dernière modification le

Metropolys a été créé par Sébastien Pauchon, illustré par Mathieu Leyssenne, designé par Cyril Demaegd et édité par Ystari. Il s'adresse aux joueurs âgés de plus de 8 ans. Chaque partie dure entre 30 et 60 minutes et peut accueillir de 2 à 4 joueurs. Les joueurs incarnent des urbanistes en quête de prestige. Tout au long de la partie, ils tentent de placer leurs bâtiments aux meilleurs emplacements de la ville. Dès qu’un joueur a placé tous ses bâtiments, on compte les points et le joueur ayant le prestige le plus élevé remporte la partie.

Mon regard a été immédiatement attiré par l’illustration de la boîte. Un très beau coup de crayon, moderne et à la fois style Art Déco. Le matériel à l’intérieur est sobre, fonctionnel et pourrait nous faire croire que nous sommes bien dans une ville des années 30. Métropolys, la ville qui va rivaliser avec les plus belles villes du monde grâce aux architectes et urbanistes que vous incarnerez.

Le plateau représente la ville de Métropolys, divisée en 5 arrondissements, eux-mêmes divisés en quartiers dans lesquels seront placés des jetons bonus et aussi malus. Vous essaierez d’implanter vos immeubles dans les quartiers les plus cotés afin d’être l’urbaniste le plus réputé de la ville. Pour cela, les joueurs prendront les 13 pions « immeubles » numérotés de 1 à 13 de la même couleur et une carte « objectif secret ». Les cartes Objectifs permettent de gagner des points en fonction du type de décor des quartiers, (quartier branché, usine, etc…).

Toute la mécanique du jeu tourne autour d’un système d’enchères : quel joueur fera l’appel d’offre le plus intéressant pour pouvoir se développer ? Bien-sûr, cela n’est pas aussi simple car les contraintes de pose et les jetons malus pourront vous obliger à implanter vos immeubles là où vous le ne souhaitiez pas ! La façon de gagner des points diffère en fonction de la version avec laquelle vous jouerez. Deux versions de jeu différentes : un mode Famille (pour les plus jeunes) et un mode Expert (bien-sûr pour les plus expérimentés) et aussi, jouable à 2 joueurs. Justement dans la version Expert, j’ai retrouvé un petit côté Manhattan d’Andreas Seyfarth chez Hans im Glück sorti en 1994, surtout dans le comptage de points.

Ce jeu n’est pas trop long, la règle est bien expliquée, franchement, il a tout pour vous faire passer un très bon moment de jeu.


Patricia - octobre 2015