Rapport annuel développement durable 2018 : préservation de l'environnement

Dernière modification le 26/02/2019

La Ville s’engage à réduire ses consommations d’une part en pilotant ses consommations et d’autre part en menant des projets de rénovation des bâtiments.


Réduction de l’impact environnemental

Les bâtiments municipaux représentent une surface de 140 000 m². La Ville pilote les consommations de ses fluides sur l’ensemble de ce parc.

Consommations énergétiques

Pour couvrir cette surface totale, la Ville dispose de 100 chaufferies au gaz. Il y a dix ans, un diagnostic énergétique a permis d'identifier les 37 bâtiments municipaux, les plus énergivores. Ce diagnostic avait établi un certain nombre de préconisations. Ainsi les chaufferies de ces 37 bâtiments ont toutes été remplacées.Entre 2008 et 2017, l’ensemble des travaux relevant des installations thermiques ont été réalisés conduisant à une baisse de 22 % des consommations en kWh.

Électricités, gaz, chauffage urbain

  • 2008 : 21 163 157 kWh
  • 2017 : 16 994 046 kWh
  • 2018 : 16 574 027 kWh

L’ensemble des pompes a été remplacé il y a quatre ans, avec des pompes à variation de débit, brûleurs modulants ; une optimisation des réseaux a été opérée par la pause de sondes d’ambiance dans deux bâtiments municipaux (Centre Technique Municipal – Hôtel de Ville) permettant de moduler la température suivant l’exposition du bâtiment. Des régulateurs de chauffage ont été installés sur tous les sites.

Rénovation du groupe scolaire Ferdinand BuissonEn 2018, un travail de rénovation et d’optimisation énergétique a été effectué sur le groupe scolaire Ferdinand Buisson, avec :

  • une rénovation complète des installations de chauffage (suppression de 2 chaufferies sur 3, rénovation complète de la chaufferie conservée, création de 2 sous-stations alimentées par la chaufferie centrale) et
  • une reprise du clos et couvert du bâtiment comprenant le remplacement partiel des menuiseries extérieures ou la révision de celles conservées, un ravalement complet, des travaux de remplacement ou reprise, suivant localisation, de couverture avec remplacement de l’isolant.

Le service bâtiment a également pris en charge la rénovation complète de la chaufferie du centre de loisirs et du CPPS du Parc Heller avec la mise en place de chaudières à condensation.

Notons aussi le plan de dépose progressive des radiateurs radiants qui a débuté en 2016 et prendra fin en 2021 au profit de radiateurs à chaleur douce bien plus efficaces énergétiquement et plus économes : 22 radiants ont ainsi été remplacés à l’école Jean Moulin et 75 à la médiathèque Anne Fontaine en 2018.

En 2017, la Ville a remporté un appel à projet financé à 100 % par GRDF et le SIGEIF pour tester un équipement de micro-cogénération sur une installation existante. La technologie de cogénération est raccordée à la chaudière existante pour la production de chauffage et d’électricité au groupe scolaire Paul Bert. Les travaux ont été réalisés en 2017. L’année 2018 a été l’année de l’analyse des résultats, de l'évaluation des paramètres, afin de mesurer l’intérêt de cette installation aussi bien d’un point de vue de l’efficacité que de la consommation. La fin des mesures par le COS TIC est prévue pour le 1er trimestre 2019.

La Ville a lancé une étude sur la Gestion Technique Centralisée (GTC) afin d’évaluer les opportunités pour piloter des lots techniques à distance. La stratégie a été présentée en comité de pilotage Smart city afin de déterminer une stratégie globale pour la Ville. Le principe de mise en place de la GTC, ainsi que du déploiement à moyen terme sur 37 de nos installations, a été validé. La Ville est actuellement en phase de fin d’élaboration des pièces techniques avant consultation.

En parallèle, toutes les nouvelles installations sont systématiquement équipées de modules communicants, aussi bien les installations de chauffage-ventilation (complexe sportif La Fontaine, futur groupe scolaire Dunoyer de Segonzac, nouveau dépôt des services techniques, groupe scolaire Ferdinand Buisson, centre municipal de loisirs du Parc Heller, crèche associative Pajeaud, Centre maritime Paul Roze) que les installations de climatisation (crèche les Petits Princes, multiaccueil la Clé des Champs, Multi-accueil La Source en 2019, multi-accueil Pomme de Pin).

Complexe sportif La Fontaine Arnaud BeltramePour le nouveau complexe sportif La Fontaine Commandant Arnaud Beltrame situé dans le nord d’Antony dans le quartier La Fontaine, les eaux pluviales ne sont pas raccordées au réseau ; elles alimentent des bassins de rétention qui permettent ensuite à l’eau de s’infiltrer dans le sol sans aucun rejet dans le réseau d’égouts. Dans ce bâtiment, les eaux usées (eaux grises) sont également récupérées pour produire de l’énergie à destination du bâtiment. Le système est constitué d’un échangeur de chaleur composé d’un serpentin de 4 à 6 tubes de cuivre qui entoure les tuyaux d’évacuation. Il alimente le préchauffage du générateur d’eau chaude sanitaire. Ce système assure 30 % des besoins d’énergie pour chauffer l’eau chaude sanitaire des douches (45 MWh/ an). Il est pourvu d’un compteur permettant d’estimer le plus précisément possible la part d’énergie économisée.

Et en 2019 ?
  • Les installations de chauffage du centre de vacances de Kerjouanno vont être rénovées avec l’installation de deux chaudières à condensation au fioul (faute d’arrivée de gaz sur le site), l’installation de ballons thermodynamiques et de ballons solaires, la dépose de 30 radiants au profit de radiateurs à chaleur douce.
  • Les installations de chauffage de l’école élémentaire Blanguernon feront également l’objet d’une étude de rénovation, avant le lancement de travaux.  
     

Éclairage

L’installation de LED dans le cadre des projets de rénovation s’est poursuivie en 2018. L’objectif est de remplacer les appareils d’éclairage défectueux et de permettre une économie d’énergie. Depuis 2008, la politique d’économie d’énergie pour l’éclairage public a permis de diviser la consommation annuelle par deux, passant de 4,7 millions kWh à 2,338 millions kWh en 2018. À ce jour, 37 % du parc (plaques de rue et lampadaires) est alimenté par des LED.

Toute la médiathèque Anne Fontaine a été équipée de LED, les espaces de circulation de l’école maternelle Anatole France, le parking souterrain du Centre André Malraux, et 4 classes de l’école Paul Bert (avec la mise en place d’un faux plafond pour un meilleur confort acoustique et thermique).

La rénovation des installations d’éclairage est l’occasion également d’installer des détecteurs de présence dans les lieux le permettant comme les sanitaires notamment.

Consommations d’eau

L’ensemble des bâtiments de la Ville, totalisant une superficie de 140 000 m2 consomment 100 000 m3 d’eau par an. En 2018, les équipements sanitaires des toilettes sur cour de l’école maternelle Ferdinand Buisson, de l’école élémentaire La Fontaine et de l’école élémentaire Anatole France ont été rénovés et remplacés.

Un diagnostic sur les 826 points d’eau de 12 sites de différents types (école, crèche, équipement sportif, marché couvert, CML, équipement culturel) a été réalisé ayant pour objectif d’identifier l’ensemble des points d’eau et de les caractériser, de calculer les volumes d’eau consommés en regard de l’occupation, des équipements en place, des débits, d’apporter une solution technique pour réduire le débit en L/min et de calculer le retour sur investissement après équipement et installation de matériels économes.

Et en 2019 ?

Suite à ce diagnostic, la Ville va prendre ces 12 sites comme pilotes et les équipera du matériel préconisé : régulateurs, limitateurs de débit sur tous les points de puisage, lorsque cela est possible (hors chaufferie et cuisine) afin d’évaluer les potentielles économies, et engager par la suite de nouveaux diagnostics sur un nouveau périmètre. La Ville prévoit un investissement de 13 400 € pour les équipements de ces 12 sites pilotes.

Le programme travaux devrait permettre de réaliser la réfection d’un bloc sanitaire de l’école élémentaire Paul Bert, la reprise d’un certain nombre de canalisations d’évacuation enterrées, les études sur les réseaux d’adduction d’eau et d’évacuation en vue de les rénover et enfin la mise en conformité et optimisation des réseaux pour les groupes scolaires Jules Ferry, Les Rabats et André Chénier.

Traitement des déchets

En matière de traitement des déchets ménagers et assimilés, la ville d’Antony adhère depuis 1960 (date de sa création) au Syndicat Mixte pour le chauffage urbain et le traitement des déchets ménagers (SIMACUR). La Ville, de par la double compétence de ce syndicat, bénéficie du recyclage des plastiques, cartons, papiers (poubelle à couvercle jaune), du recyclage du verre (poubelle à couvercle vert vif), et du compostage des déchets végétaux (poubelles à couvercle vert foncé mat). Pour les déchets résiduels (ordures ménagères de la poubelle à couvercle bleugris), l’incinération permet une valorisation thermique alimentant un réseau de chauffage urbain. L’usine installée à Massy, alimente un réseau sur Massy et sur Antony. Sur notre commune, ce réseau alimente en eau chaude et en chauffage environ 3 300 foyers et une dizaine de bâtiments communaux : crèche les Petits Princes, crèches associatives (Framboisine, Les P’tits loups et Crech’endo), installées dans des locaux municipaux rue Pajeaud, RAM les Trois petits chats, groupes scolaires Noyer Doré et Anatole France, école maternelle Val-de- Bièvre et son logement de fonction, résidence Renaître, les centres sportifs Lionel Terray et Éric Tabarly, et le nouveau centre aquatique Pajeaud et la fosse de plongée.

Depuis octobre 2016, les consignes de tri des plastiques sont simplifiées : les habitants peuvent mettre dans la poubelle jaune tous les emballages en plastique, pots de yaourt, barquettes en plastique et en polystyrène, films en plastique, biodégradables ou pas. Cette consigne élargie est une avancée dont ne bénéficie pour le moment qu’un quart de la population française.

Nous, les Antoniens, produisons (hors voirie, CTM et marché) 359 kg/an/hab de déchets, nous trions moyennement le verre, par contre nous trions bien nos déchets végétaux.

Réparation des déchets annuels par habitant
  • Ordures ménagères : 253kg / an / hab
  • Emballages : 39kg / an / hab
  • Verre : 17kg / an / hab
  • Déchets végétaux : 25kg / an / hab
  • Encombrants : 25kg / an / hab
     

Composteur gratuit

Pour inciter les Antoniens à composter leurs déchets, la distribution gratuite de composteurs (pour les jardins) et de lombricomposteurs (pour les appartements) commencée en 2018, va être renforcée en 2019. La distribution est organisée par le territoire, Vallée Sud Grand Paris. Les composteurs sont distribués lors de séances de formation qui ont rencontré un vif succès en 2018. Ces séances s’adressent aussi bien aux particuliers qu’aux résidences collectives. Elles ont lieu au siège de VSGP, 28 rue de la Redoute à Fontenay-aux-Roses. Pour en bénéficier, il suffit de s’inscrire sur compostage@valleesud.fr

Pour tout savoir et obtenir des renseignements complémentaires auprès de Vallée Sud Grand Paris, adressez-vous au Service Gestion des déchets urbains

En 2019 aura également lieu une mise en place expérimentale de la collecte d’encombrants sur rendez-vous.

Tri des déchets en milieu scolaire

Afin d’éviter au maximum en amont les déchets issus des cantines, la Ville travaille sur le juste grammage des portions servies pour les entrées crues pour lesquelles les plus grandes quantités de déchets sont observées. Ce travail a pu être mené suite à des pesées de l’ensemble des denrées du repas sur deux écoles en deux temps (sur la base du même menu) réalisées en 2016. Cela a permis de baisser les grammages des entrées de crudités en école élémentaire. D’autres pesées de déchets sont prévues dans le cadre du contrat Sogeres.

La Ville sensibilise également les enfants au tri des déchets. Pour ce faire, elle agit par étapes. Depuis trois ans des tables de débarrassage sont mises en place dans toutes les écoles élémentaires. Les enfants trient les emballages en plastique collectés par Vallée Sud Grand Paris (suite à l’élargissement de la consigne de tri des déchets d’emballage en 2016). Une étape supplémentaire est actuellement testée dans les écoles élémentaires Ferdinand Buisson et Paul Bert, avec la mise en place de tables de tri y compris celui des biodéchets, (collecte à partir de janvier 2019). Les biodéchets récoltés sont destinés à la méthanisation.

Quelques bonnes pratiques prévues par la Ville

Collecte solidaire : pour faciliter le traitement des déchets, sont organisées des campagnes de collectes solidaires. Les citoyens peuvent apporter leurs appareils électro-ménagers à certaines dates et dans des lieux précis. Les déchets sont ensuite emportés en déchetterie par des agents municipaux et ils peuvent alors faire l’objet d’un réemploi ou d’un recyclage.

Braderie solidaire ou comment donner une seconde vie aux livres : la braderie a lieu chaque année en juin à la médiathèque Anne Fontaine.

Suppression des gobelets plastique au Sélect : le cinéma vient de supprimer tous les gobelets et bouteilles en plastique utilisés lors des manifestations, et les a remplacés par des gobelets réutilisables et des bouteilles en verre.

Suppression des petites bouteilles plastique distribuées lors du semi-marathon. Le service des sports entreprend aussi des démarches pour réduire ses déchets. Les bouteilles ont été remplacées par des grandes bouteilles que les bénévoles utilisent pour une distribution d'eau au gobelet. Les sacs des coureurs sont désormais en papier. Parmi les autres actions, notons que le tri sélectif des déchets va être mis en place en 2019 au stade Georges Suant avant une extension sur d’autres équipements sportifs. C’est l’établissement public territorial Vallée Sud Grand Paris qui va remplacer tous les containers et sensibiliser les équipes sur la démarche de tri sélectif avec des kits d’accompagnement aux bons gestes.

Pour limiter les impressions papier, le service jeunesse a commencé à limiter les envois papier en 2018, en substituant l’impression de 10 000 brochures jusqu’alors distribuées aux familles, par l’envoi de courriers électroniques.

Rénovation des bâtiments

Rénovation des bâtiments La Ville a entrepris la rénovation complète du multi-accueil la Comptine. Les travaux ont pour but de,

  • améliorer le confort d’accueil des enfants
  • créer des vrais locaux pour le personnel
  • intégrer la mise en accessibilité du site
  • améliorer la sécurité avec la mise en oeuvre d’un contrôle d’accès
  • créer un local poussettes extérieur à la crèche
  • améliorer l’efficacité énergétique de l’équipement par l’isolation de la toiture, le remplacement complet des installations de chauffage, la mise en œuvre d’un double flux et d’une climatisation.

Ces travaux ont débuté en septembre 2018 et s’achèveront à l’été 2019.

Le multi-accueil la Clé des Champs, après plusieurs phases de travaux sur quatre ans, a vu achevée sa rénovation en 2018 par :

  • la réfection et le réaménagement de la cuisine pour une optimisation de fonctionnement
  • la création d’un local poussettes extérieur
  • la réfection des zones techniques RdC et sous-sol
  • la reprise structurelle de cette zone
  • la reprise de la ventilation et l’installation de la climatisation dans toute la crèche
  • la sécurisation du site par motorisation du portail et mise en œuvre d’un contrôle d’accès.

Notons aussi en 2018, les travaux de remplacement de couverture réalisés (intégrant une isolation en sous-face) pour la maison les Ans Toniques et le multi-accueil La Fontaine.

Et en 2019 ?

Le programme se poursuivra notamment sur les équipements scolaires. Une étude sera menée pour la rénovation complète du multi-accueil l’Aurore.

Comme chaque année, la Ville continuera son programme de remplacement de menuiseries extérieures. Le programme 2019 concerne l’école maternelle Val-de-Bièvre, le CML/CPPS Parc Heller, un mur-rideau à la médiathèque (complétant le programme de remplacement de 2014), les menuiseries du réfectoire/office de l’école élémentaire André Chénier (complétant le programme de remplacement de 2017). Les travaux pourront s’inscrire sur deux exercices budgétaires en fonction des disponibilités des locaux.

Concernant le contrôle des fluides frigorigènes, la Ville fait procéder 1 à 2 fois par an aux tests d’étanchéité des équipements de climatisation.

Pour la première édition du budget participatif, les Antoniens ont plébiscité des projets « bas carbone » avec l’éclairage intelligent qui se réduit la nuit de 90 % quand il n’y a pas de passage et l’extinction des panneaux lumineux publicitaires. Cela va dans le sens de l’installation par la Ville en 2018 d’un éclairage intelligent tout le long de la promenade des Violettes, derrière le cimetière.


Préservation de la biodiversité

Végétation au pied des arbresAntony dispose d’une équipe ayant pour mission la gestion, l’aménagement et la préservation du patrimoine vert de la Ville. Dans ses actions au quotidien, cela se traduit par la pratique de la gestion différenciée : plantation de vivaces couvresols ou semis d’annuelles au pied des arbres, transformation de massifs jusqu'alors plantés en fleurissements saisonniers (plantes annuelles, bisannuelles et bulbes) en massifs de plantes vivaces, tontes différenciées selon les sites préservant des zones de prairies naturelles, taille raisonnée des arbustes, désherbage et entretien sans produits phytosanitaires.

Peu à peu le paysage de la Ville évolue et les habitants accueillent favorablement ce changement où la végétation spontanée a maintenant toute sa place. Le désherbage se fait régulièrement à la main ou à la binette, dans les massifs et sur les trottoirs. Pour les zones recouvertes de graviers, la Ville s’est dotée de machines spécifiques capables d’enlever les adventices non désirées. Récemment, les allées du cimetière ont commencé à être végétalisées : deux divisions historiquement gravillonnées ont été engazonnées permettant de paysager le site tout en réduisant les besoins en entretien.

PrairiesDes opérations ponctuelles sont réalisées pour broyer les déchets de taille sur place afin d’être directement transformés en paillis. Ces opérations vont s’intensifier au cours des prochaines années. Pour la tonte des pelouses, l’herbe fraîchement coupée est laissée sur le sol ce qui permet de l’enrichir. Afin de faire des économies en eau, le choix a été fait de privilégier les plantes vivaces et de systématiser le paillage.

Depuis 2017, le responsable du patrimoine arboré constitue une base de données pour recenser toutes les espèces d’arbres de la Ville et leur état de santé. Cet inventaire qui sera finalisé en 2020, permettra la mise en place d’un plan de gestion des arbres prenant en compte notamment les renouvellements d’alignements d’arbres sur voirie avec intégration de nouvelles essences adaptées à notre climat (comme le chêne vert) et ne nécessitant pas d’élagage.

Parmi les bonnes pratiques pérennisées, citons la suppression des plantations de chrysanthèmes sur les massifs fleuris dès 2014, réduisant de 90 % la quantité de chrysanthèmes commandés. Les achats actuels sont destinés à l’embellissement du cimetière et des monuments commémoratifs en octobre/novembre. Cette stratégie a permis de réduire de 16 % le budget consacré au fleurissement saisonnier (économie de 12 000 € sur un budget de 72 000 €) pour contribuer ainsi à l’effort de rigueur budgétaire, tout en réduisant la charge de travail que représentait la plantation des chrysanthèmes, au bénéfice des pratiques de gestion différenciée, en lien avec l’arrêt de l’utilisation des produits phytosanitaires pour le désherbage.

Anticipation de la règlementation sur la fin de l’utilisation des produits phytosanitaires

Zero PhytoLa Ville a engagé la transformation de ses pratiques de désherbage pour l’entretien des espaces verts, des voiries, des espaces sportifs et du cimetière, très en amont de la loi Labbé (prescrivant l’interdiction au 1er janvier 2017 de l’utilisation des produits phytosanitaires dans les espaces verts des collectivités), grâce au partenariat avec le Syndicat Mixte du Bassin Versant de la Bièvre (SMBVB) initié en 2012. La Ville peut ainsi aujourd’hui partager ses bonnes pratiques sur le « zéro phyto » avec ses administrés, eux-mêmes concernés par cette interdiction depuis le 1er janvier 2019.

Enfin, pour lutter contre la présence des chenilles processionnaires du pin, la Ville a implanté 10 nichoirs à mésanges charbonnières dans des pins situés sur cinq sites municipaux (centre André Malraux, rue des Frères Lumière, parc Heller, voie verte derrière le collège Anne Frank, école maternelle Noyer Doré).

Ateliers Nature - Sensibiliser les jeunes citoyens à la préservation du Vivant et aux éco-gestes

Des animations pour sensibiliser les jeunes à l’environnement sont proposées par la Ville. Deux grands thèmes sont proposés :

  • « Favoriser des comportements écocitoyens » avec plusieurs modules : l’eau dans la Ville, l’énergie, les déchets, les petits gestes au quotidien
  • « Découvrir la nature en Ville » avec des sorties nature :
    • découverte de l'arboretum du parc Raymond Sibille
    • visite du rucher du parc des Alisiers
    • observation des petites bêtes du parc et de la mare
    • observation des oiseaux des parcs et de la RNR de la Bièvre
    • découverte des traces en forêt et de la biodiversité dans la Ville

Observation des oiseaux de la Réserve Naturelle de la BièvreL’animatrice envoie le programme des ateliers à l’ensemble des directeurs d’établissements scolaires au mois de juin et les enseignants sont libres d’inscrire leur classe pour la rentrée scolaire suivante. Les demandes sont nombreuses (60 demandes par an en moyenne) et 30 classes par an ont la chance de bénéficier de cet accompagnement sur mesure, pendant 1 à 5 séances dans l’année, de 1 heure à 1 journée, suivant le thème choisi par leur enseignant. Cette année, 7 classes de maternelle et 23 classes d’élémentaire ont pris part aux ateliers nature. Par ailleurs, trois classes d’élémentaire ont bénéficié de prêts de matériel et de « mini formation » faites par leurs enseignants.

Chaque thème est exploité sous forme de jeux, d’expériences ou de sorties sur le terrain. Du matériel pédagogique spécifique (jumelles, loupes, maquettes représentant par exemple les différentes sources de production et de consommation énergétique, guides, jeux pédagogiques,…) est mis à disposition des classes.

L’animatrice Nature intervient également auprès du Centre psycho-pédagogique spécialisé du Parc Heller, auprès d’enfants âgés jusqu’à 14 ans, avec deux éducatrices du Centre. Ainsi, pendant toute l’année, trois groupes de huit enfants pourront bénéficier de cette sensibilisation aux éco-gestes.

Sensibilisation à la biodiversité et observation des papillonsLe service jeunesse a également organisé son stage annuel « la nature en Ville ». Huit collégiens âgés de 12 à 15 ans ont suivi un stage sur les techniques de prises de vue et le dessin autour de la faune et de la flore d’Antony. Ils étaient entourés de l’animatrice nature de la Ville, de son photographe et d’une animatrice du Club scientifique. En 2019, il est prévu de mener des actions de sensibilisation à l’environnement avec le Conseil des Jeunes citoyens (CJC). À partir du mois d’avril, une sortie sera organisée avec les jeunes à l’observatoire afin de découvrir le site de la RNR de la Bièvre, notamment les oiseaux. Ils ont ensuite pour projet de sensibiliser la population du quartier au problème des déchets sur la réserve et alentour.

Le traitement des déchets verts s'effectue par broyage dans le cadre d'opérations spécifiques ou bien la Ville les apporte sur une plateforme de compostage du Territoire VSGP. En contrepartie, la Ville peut retirer du compost, selon ses besoins, à hauteur de 9 tonnes par mois. Une mise à disposition de ce compost, ainsi que des anciens bulbes retirés des massifs de fleurissement saisonnier, est proposée aux Antoniens lors du Village Nature et Environnement qui a eu lieu tous les ans. À cette occasion, les Antoniens peuvent participer à des ateliers pédagogiques, avoir accès à des stands variés de produits artisanaux et côtoyer des animaux de la ferme. Ils peuvent aussi déposer leurs anciens produits phytosanitaires par l’intermédiaire du camion PLANÈTE mis à disposition par Vallée Sud Grand Paris le temps de la manifestation.

Village Nature et Environnement : nombreuses animations et stands de produits artisanaux

Et en 2019 ?

Le bois de l’Aurore sera réaménagé, suite à la grosse inondation qui a touché Antony en juin 2018 et qui a fortement dégradé les allées du bois, les rendant dangereuses. De nombreuses parties prenantes (les riverains,la métropole du Grand Paris et le Territoire, VSGP, la région, l’agence de l’eau et l’association Cluster Eau Milieux Sols) vont être sollicitées pour proposer soit un soutien financier soit des solutions d’aménagement innovantes.

AbeillesL’objectif sera de maintenir les usages du parc (balade, jeux, et traversée entre les quartiers), en favorisant la biodiversité qui y est présente tout en se prémunissant au mieux contre les conséquences de possibles évènements pluvieux exceptionnels.

Dans le cadre du budget participatif, il est prévu l’installation de 25 refuges pour chauve-souris dans les différents espaces verts municipaux.

Enfin, la Ville a pour objectif l ’obtention du label éco-jardin ou équivalent permettant de valoriser la gestion écologique mise en oeuvre par les jardiniers municipaux tout en proposant un outil d’amélioration continue des pratiques d’entretien et d’aménagement. À ce titre, les jardiniers vont être sensibilisés aux techniques de taille plus raisonnée pour tailler moins mais mieux, dans le souci de la physiologie et des besoins de chaque essence végétale.

Chiffres clés

  • Entre 2008 et 2017 l’ensemble des travaux relevant des installations thermiques réalisés ont permis une baisse de 22 % des consommations en kWh
  • La flotte actuelle des véhicules de la Ville est composée de véhicules électriques à hauteur de 10 % (14 véhicules dont 2 scooters) ; ce ratio sera porté à 20 % en 2019 avec l’achat de 6 véhicules électriques supplémentaires
  • 30 classes ont bénéficié d’ateliers nature proposés par l’animatrice environnement de la Ville
  • 10 à 12 chauffeurs par an sont formés à l’éco conduite
  • Les 10 ruches de la Ville produisent 100 kilos de miel par an

Les abeilles en ville

  • La Ville prête deux terrains à un apiculteur et des visites sont organisées avec lui et les enfants par groupe. Les enfants sont équipés avec de vraies tenues d’apiculteur et peuvent ainsi s’approcher au plus près des abeilles et comprendre le fonctionnement des ruches. Des visites sont organisées aussi pour les familles.
  • La Ville a dix ruches, ce qui a permis de récolter 100 kg de miel en 2018.

Rapport annuel développement durable 2018