Rapport annuel développement durable 2018 : santé

Dernière modification le 26/02/2019


L’alimentation, promouvoir une offre de qualité

Le choix du goût et de la qualité pour l’alimentation scolaire

La direction de l’Éducation tient à proposer une alimentation équilibrée et de qualité dans les écoles. Elle place l’éducation au goût et la lutte contre le gaspillage alimentaire au cœur du dispositif.

La Ville a fait le choix il y a cinq ans de garder la « culinarité » du produit au coeur de ses préoccupations en gardant la main sur la qualité des produits. Pour ce faire, le choix a été fait de rénover l’outil de production local. Ainsi les 5 000 repas servis par jour dans les 27 écoles de la Ville et les 200 repas pour les seniors sont préparés dans la cuisine centrale d’Antony.

Depuis juillet 2018, le contrat de restauration scolaire a été attribué à Sogeres. Ce contrat spécifie que le personnel de la cuisine centrale et des offices est délégué au prestataire de restauration. Aussi ce sont les équipes Sogeres qui officient dans les cuisines de la Ville.

De nombreux critères en lien avec le développement durable faisaient partie intégrante du choix du prestataire. Les soumissionnaires devaient avoir une offre comprenant des produits labellisés, issus des circuits courts et locaux, avec une prise en compte du juste grammage dans les assiettes. Par ailleurs, la Ville a refusé le « reconstitué » (exemple : moulé de poisson) et choisi de ne proposer des cordons bleus et des nuggets que de manière exceptionnelle (ex. préavis de grève nationale). À ce titre, la Ville évalue à 60 % l’offre d’alimentation durable avec en engagement sur :

  • des fruits et légumes bio ou locaux (lentilles, salades, pommes de terre des Yvelines, pommes, poires)
  • les laitages bio ou locaux, en circuit court
  • des denrées labellisées : poissons Marine Stewarship Council (MSC), Label Rouge pour les volailles, l’agneau et le porc, boeuf de Migennes, fromages AOP ou AOC
  • s’agissant du bio, la demande faite par la Ville au prestataire est de proposer un produit bio par jour : crudité, laitage ou fruit
  • de nombreux produits sont livrés en frais : crudités et pommes de terre, la viande, le poisson à 70 %

Animation sur l’alimentation équilibréeNotons également que les soupes sont réalisées dans la cuisine centrale et que le pain provient des boulangeries d’Antony. Les menus sont envoyés pour validation à la Ville un mois avant la commission des menus. Cette dernière est composée des différentes parties prenantes intéressées : le maire-adjoint chargé de l’Éducation, des représentants des directeurs d’école, des représentants des fédérations de parents d’élèves et la responsable Restauration de la mairie. Les membres de la Commission sont invités à se réunir tous les deux mois pour parcourir la synthèse des carnets de liaison mis en place dans les écoles pour recueillir les commentaires des usagers (équipes scolaires, élèves), et pour goûter des plats qui seront proposés aux élèves.

La Ville effectue chaque mois des contrôles de traçabilité des produits auprès de son prestataire afin de garantir le respect du cahier des charges.

Enfin, concernant la sensibilisation à l’alimentation au sein des écoles, la Ville propose des animations sur la promotion des fruits et légumes, sur le lait et des petits déjeuners pédagogiques. Chaque école maternelle est concernée par l’une de ces animations en 2018/2019. En école élémentaire, la Ville propose également des dégustations de produits nouveaux (amuse-bouche) et de repas complets (Noël et Pâques).

Notons aussi que dans les centres de vacances de la Ville, l’accent est mis sur l’approvisionnement local. Pour le centre de montagne l’Hermitage situé à Samoëns (Haute-Savoie) les denrées concernées par l’approvisionnement local sont : le pain fabriqué à Samoëns et les fromages locaux qui sont fournis par la fruitière et 2 fermes localisées à proximité du centre. En raison de l’altitude à laquelle est situé le centre (700 m), les fruits et légumes sont achetés chez un maraîcher du centre-ville et la viande chez un fournisseur situé également à Samoëns. Au centre maritime Paul Roze situé à Kerjouanno (Morbihan) les denrées concernées par l’approvisionnement local sont : les fruits, cornflakes et pain, les légumes, les galettes et crêpes, la viande et le poisson.

Pour l’alimentation des tout-petits, le Service Petite Enfance a choisi la société Sodexo comme prestataire. Il a été demandé un choix de fruits et légumes de saison pour les menus, une variété d’aliments de qualité faisant appel à des labels (Label Rouge pour le bœuf, le veau et la volaille) et l’approvisionnement dans un rayon de 150 km autour d’Antony. La Ville tient à ce que les repas soient confectionnés sur place dans les crèches à partir de denrées brutes de grande qualité. Pour garantir un bon équilibre alimentaire, les cuisiniers travaillent conjointement avec le médecin des crèches de la Ville ainsi qu’avec la diététicienne du prestataire.

L’alimentation, promouvoir les bons comportements

Marché fermierSur la nutrition, des observations des habitudes des enfants (au moment de la prise des goûters notamment) ont poussé le service Promotion de la santé à réfléchir à la manière de transmettre aux familles des informations sur une alimentation équilibrée. Dans ce but, une diététicienne a animé 13 ateliers réunissant les jeunes (127 enfants y ont assisté) et les parents (15 parents conviés à 3 ateliers) pour les aider à acquérir les fondamentaux d’une alimentation plus variée : elle y donne des suggestions de recettes par exemple, elle organise des dégustations pour éveiller les papilles des enfants à de nouvelles saveurs et elle aide les adolescents à faire les courses en décryptant le sens des étiquettes de composition notamment.

Les marchés

Promotion des circuits courts au Marché Fermier : tous les derniers samedis du mois, 16 producteurs proposent des produits fermiers de saison issus d’exploitations situées à moins de 100 km d’Antony.

Le marché d'Antony : choix de qualité

Le marché d’Antony offre des produits frais de qualité, non industriels, pour certains issus de l’agriculture biologique ou artisanaux bénéficiant de certifications type AOP, AOC, Label Rouge. La Ville a la volonté de maîtriser la qualité de l’offre commerciale proposée, elle sélectionne ainsi les commerçants du marché.


Prévention : des actions pour tous les publics

Des défibrillateurs pour sauver des viesOn peut citer le dépistage du risque cardiovasculaire avec la CPAM, l’installation de défibrillateurs ainsi que des formations à leurs utilisations aux quatre coins d’Antony, ou des campagnes de sensibilisation au cancer du sein avec ADK92.

Ateliers Santé Ville

Les ateliers Santé Ville sont des dispositifs de l’État en faveur des quartiers prioritaires. À ce titre, Antony dispose d’un budget de 8 000 € dédié à ce dispositif dans le quartier du Noyer Doré. Ces ateliers permettent d’accompagner les jeunes et par extension leurs parents dans la prévention en matière de santé. Les ateliers sont préparés pour donner de l’information et faire réfléchir au sujet identifié. A Antony, pour un des Ateliers Santé Ville (ASV), appelé « le coin café des ainés », la programmation des thèmes abordés est décidée en réunion préparatoire dans le but d’avoir un diagnostic partagé auprès des acteurs du quartier.

Le service Promotion de la Santé de la Ville organise également des formations sur la santé mentale à destination des acteurs de prévention du quartier du Noyer Doré ; ces actions ont pour but de faire connaître le Conseil Local en Santé Mentale, et de sensibiliser les acteurs à ces problématiques. Cette communication sur le rôle du Conseil en Santé Mentale a été décidée en comité de pilotage en 2018 et va se prolonger sur toute l’année 2019.

Qualité de l’air

La qualité de l’air est un enjeu de santé publique majeur. La pollution de l’air tue 7 millions de personnes par an dans le monde, alerte l’OMS dans une récente étude publiée en mai 2018. Sont en cause notamment les particules fines respirées chaque jour. L’Île-de- France est particulièrement concernée, avec 1,4 million de Franciliens exposés à des niveaux de NO 2 qui ne respectaient pas les normes européennes en 2016, selon Airparif. Afin de dresser un état des lieux plus fin de la pollution atmosphérique locale, la Ville effectue régulièrement des campagnes de mesures avec le Laboratoire central de la préfecture de police. Elle lance au premier trimestre 2019 sa 4e campagne d’analyse de l'air qui aura lieu en centre-ville. Les campagnes précédentes de 2016 et 2017 avaient été réalisées sur trois sites différents :

  • la rue des Primevères, proche de l’A86
  • la Croix-de-Berny, y compris l’entrée de l’école Pasquier
  • le centre-ville, place de l’hôtel de Ville, rue Velpeau, rue Auguste-Mounié, école Ferdinand Buisson.

Des capteurs passifs sur des points stratégiques, ainsi que des appareils de mesure en continu utilisés habituellement par Airparif, ont enregistré pendant une à deux semaines, la concentration de NO 2, de benzène et autres hydrocarbures aromatiques monocycliques (HAM), de métaux lourds, de PM10 et d’ozone. Les résultats sont délicats à interpréter car il existe plusieurs notions (maximum annuel, maximum journalier, maximum horaire, etc.). Sur tous les sites où ont été effectuées les mesures, les résultats sont bons pour les métaux lourds, l’ozone, le benzène et autres HAM et les PM10 dont les concentrations respectives sont inférieures ou très inférieures aux valeurs limites. Pour les composés azotés, leur niveau est inférieur aux valeurs limites dans les rues pavillonnaires, sur la place de l’Hôtel-de-Ville ou dans les cours des écoles André Pasquier et Ferdinand Buisson. Ce niveau est parfois dépassé sur les axes les plus empruntés par les automobiles, comme la rue Auguste-Mounié ou près de l’A86 mais il baisse considérablement dès qu’on s’en éloigne (ainsi les normes sont respectées dans la cour de l’école Ferdinand Buisson et à l’entrée de l’école Pasquier).

Les merlons de terre séparent visuellement et phoniquement le parc des Alisiers de l&aposA86En parallèle, la Ville a maintenu en 2018 son dispositif de surveillance de la qualité de l’air par les plantes. La « biosurveillance » de l’air est assurée par la présence de 40 « biostations » de plantes dites bioindicatrices ou bio-accumulatrices telles que le chou frisé, le tabac, le glaïeul, l’ivraie… Ces plantes, au contact de polluants qu’elles absorbent, réagissent par une nécrose de leurs feuilles, révélant ainsi la présence de polluants tel que l’ozone. Elles constituent donc un excellent baromètre de la qualité de l’air de l’endroit où la station est installée.

Et en 2019 ?

La Ville va se rapprocher de l’association APPA (Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique). Cette association nationale créée en 1958 a des activités se situant à l’intersection des domaines de l’Environnement, de la Santé Publique et du climat. Sur le sujet de la qualité de l’air, elle s’appuie sur un solide réseau de bénévoles aux compétences et horizons professionnels variés (biologistes, climatologues…) qui assurent des formations auprès des agents des collectivités. Une autre de ses activités est d’organiser des ateliers de sensibilisation à la qualité de l’air pour un public très large (dans les lycées, pour les assistantes maternelles, au sein des structures d’accueil de la petite enfance).

Notons également qu’un projet baptisé « Qualité de l’air, capteur et diffusion des données » sur l’observation de la qualité de l’air a été retenu (pour un montant estimé à 12 000 €). Ce projet vise à informer les Antoniens sur la qualité de l’air dans leur quartier en leur donnant accès aux mesures effectuées. Une dizaine de capteurs seront déployés sur plusieurs sites et permettront aux habitants et aux agents de la Ville de suivre les tendances de la qualité de l’air, d’être informés en temps réel et d’agir en prévention et pendant les pics de pollution. Ce projet implique également la création d’une plateforme en ligne de diffusion des informations.

Concernant les nuisances sonores, la Ville intervient au cas par cas selon les demandes qui lui sont adressées par les habitants. En 2019, la ville d’Antony va mettre en place avec l’observatoire du bruit d’Île-de-France, « Bruitparif », des relevés sonométriques visant à analyser les nuisances sonores autour des grands axes routiers. Notons que le parc des Alisiers qui a ouvert au public en 2015, situé en bordure d’autoroute, permet de protéger le quartier d’un point de vue acoustique grâce à un entretien en gestion différenciée (tontes moins fréquentes) et à l’installation le long de l’A86 de merlons en terre et de murs antibruit remplis de pouzzolane (roche naturelle volcanique d’Auvergne).

Étude sur les champs électromagnétiques

Carte interactive des champs éléectromagnétiquesLa Ville a réalisé en 2017 une étude menée par la société Simutech-UAE afin de mesurer le niveau des champs électromagnétiques pour toutes les antennes relais de la Ville. Menée dans tout l’espace public, cette étude permet de connaître au mètre près le niveau d'exposition d'une rue voire d'une portion de voie. Celui-ci est affiché en volt par mètre (V/m) et associé à un code couleur. L’étude a donné un résultat tout à fait rassurant. La carte interactive disponible en ligne, positionnant les antennes relais et leur niveau d’émission sera remise à jour en 2019. http://www.simutech-uae.fr/cadastres_electromagnetique.php

Évènements prévention santé prévus en 2019

La Ville accueillera le Forum « Giga la Vie », forum de prévention-santé destiné aux collégiens pendant le temps scolaire. Ce forum qui revient tous les trois ans, permet d’informer les jeunes sur toutes les thématiques santé les concernant et de faire des bilans individuels retransmis aux établissements. Il est organisé par l’Institut des Hauts-de-Seine et accompagné par la Ville. En 2016, le forum avait été visité par 2 000 collégiens d’Antony.

Le 22 mars prochain, une journée pédagogique sur le thème des neurosciences sera organisée afin de sensibiliser les familles à ce sujet. À cette occasion sera organisée au cinéma le Sélect la projection du film “Le Cerveau des Enfants” qui sera suivie d’un débat. Cette manifestation, fera l’objet d’une communication auprès des parents lors de l’organisation de “cafés-crèche” par exemple. Le service Petite Enfance va également maintenir sa participation au Conseil Local en Santé Mentale de la Ville concernant les dispositifs enfants.

Chiffres clés

  • 5 000 repas servis par jour dans les 27 écoles de la Ville (y compris 200 repas pour les seniors) sont préparés dans la cuisine centrale d’Antony
  • 60% de l’offre alimentaire proposée est durable privilégiant les circuits courts, les labels de qualité (AOC , Label Rouge) et de durabilité des denrées (AB – MSC)
  • 13 ateliers nutrition menés par une diététicienne avec le service Promotion de la santé du Centre social et culturel
  • 4e campagne de mesure de qualité de l’air à venir au 1er trimestre 2019
  • 40 biostations en Ville pour mesurer la qualité de l’air

Rapport annuel développement durable 2018