Sauvegarde du lien social

L’action sociale de la ville est assurée par le Centre Communal d’Action Sociale et met en œuvre une action générale de prévention et de développement social au sein de la ville, en liaison étroite avec les institutions publiques et privées. Il a un rôle d’accueil, de conseil mais aussi d’orientation auprès des personnes âgées, en difficulté et en situation de handicap. Le CCAS est organisé en 2 pôles : le pôle social et le pôle seniors.

Le CCAS a déménagé, en 2012, dans le quartier Fontaine-Michalon, dans un espace plus approprié qui apporte des avantages aux usagers :

  • Un lieu qui regroupe le CCAS, le CLIC, les services du département (Espace Départemental d’Actions Sociales), la coordination handicap, et le CMP d’Erasme.
  • Des locaux plus grands, agencés pour favoriser l’accueil des Antoniens avec des espaces permettant une meilleure confidentialité des entretiens.
  • Des locaux accessibles aux personnes à mobilité réduite et proches de la Gare du RER B Fontaine Michalon.

Positionné en qualité de coordonnateur sur le territoire, le CCAS réalise, depuis 2014, un diagnostic social. Il est accompagné, pour ce faire, par un cabinet spécialisé.

Le CCAS gère toutes les aides facultatives de la Ville d’Antony : bourses communales (participation, selon les ressources, aux frais de cantine pour les demi-pensionnaires de la 6e à la terminale), bourses du conservatoire, aides au paiement de prestations municipales comme la carte famille : 305 € (2 années de suite) à l’occasion de la naissance d’un troisième enfant ou plus, sur les factures acquittées des activités municipales, une opération « Noël pour tous »…

Un axe « accompagnement budgétaire » des familles a également été développé par des CESF (conseiller en économie sociale et familiale). Des actions collectives de type « bar à eau » ou écogestes en matière de consommations d’eau ont été organisées.

Par ailleurs, et comme elle le fait déjà pour le Secours Catholique, la ville a mis à la disposition du Secours Populaire un pavillon au 10, cité Duval. Ces locaux ont été inaugurés en octobre 2015.

Le CCAS veille, lors des périodes de Noël, à ce que que tous bénéficient d’une attention particulière. En dehors des colis de Noël ou du théâtre pour les seniors, le pôle social organise, notamment, une opération « Noël pour tous » et offre des places de cirque ou de cinéma ou pour la patinoire, accompagné de chocolats et d’un chèque CADHOC pour les enfants. Il propose aussi un repas pour les personnes sans domicile stable, une sortie avec un repas pour les personnes en situation de handicap, etc…

Enfin, au sein du Centre Communal d’Action Sociale, un Conseil du Bien Vivre Ensemble a été créé pour associer l’ensemble des acteurs œuvrant dans le domaine de la vie sociale. A l’occasion des 3 ans du conseil, en 2017, une fête du Bien Vivre Ensemble a été organisée. Elle fut l’occasion de la signature d’un « je m’engage au bien vivre ensemble » par l’ensemble des acteurs présents.

Seniors

Les questions liées aux difficultés de maintien à domicile sont traitées par le Centre local d’information et de coordination gérontologique (CLIC).

Cette structure d’accueil et d’information destinée aux seniors et rattachée au CCAS d’Antony a été créée en partenariat avec le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine. Lieu d’écoute et d’échanges, le CLIC assure l’accueil personnalisé, confidentiel et gratuit des personnes de plus de 60 ans, de leur famille et de leur entourage.

Il informe et facilite l’accès aux droits et aux services dans tous les domaines de la vie quotidienne : aide à domicile, santé, transports, sécurité, habitat et hébergement en institution, vie sociale et culturelle… En concertation avec des professionnels du secteur médico- social et dans le respect du choix des personnes, le CLIC est chargé de coordonner les actions en direction des personnes âgées. Il recueille les attentes et les besoins des seniors, évalue et favorise l’articulation des interventions (sanitaires, sociales, techniques…).

Le CLIC a enfin une mission d’observation des besoins et attentes des seniors à Antony. Il doit aussi promouvoir des actions collectives de prévention, de formation et de soutien (conférences, groupes d’échanges, ateliers…) en direction des personnes âgées, de leur famille et des professionnels.

Il met ainsi en œuvre un café des aidants, depuis 2013, (un lieu et un temps de soutien et d'échange pour les aidants proches des personnes âgées et/ou handicapées), ainsi que des ateliers de prévention des chutes et un parcours « sécurité » à destination des seniors.

En 2018 avec le recrutement d’un 3ème agent, il va développer de nouvelles actions et être plus proche des aidants.

Il anime aussi un réseau de bénévoles intervenant par téléphone auprès des personnes âgées isolées dans le cadre du plan canicule et de la veille hivernale

Créé en 2009 par le CCAS, le Conseil des seniors est une instance consultative composée de 40 membres. Lien entre les élus municipaux et la population, il s’inscrit dans une dynamique participative et a pour objectif d’associer les seniors aux projets de la municipalité, et de promouvoir leurs propositions, en particulier dans les domaines concernant les personnes âgées. Il s’organise autour de commissions thématiques : économie-emploi-formation, santé, culture-loisirs-sport, urbanisme-environnement-transport.

Par ailleurs, la résidence Renaître accueille les seniors valides et autonomes qui souhaitent bénéficier d’un environnement sécurisé et d’une vie en société, tout en conservant leur indépendance. La rénovation de la résidence se poursuivra notamment avec les travaux de la cuisine, permettant la réalisation des repas sur place par un chef. Un appartement d’accueil temporaire est proposé pour une période allant de quelques jours à un mois.

Le CCAS propose également toute une gamme de services pour venir en aide aux plus âgés : aides à domicile, téléassistance, repas à domicile avec choix du menu… Ces prestations sont en expansion significative.

Il mène également des actions dans le domaine des animations avec notamment la Maison des Ans Toniques, les sorties d’hiver et de printemps, les séjours à la mer et les fêtes de fin d’année. Un grand thé dansant est organisé en mars à Vasarely.

Logement

Début 2017, Antony comptait 5 614 logements sociaux pour 26 499 résidences principales, soit un ratio de 21,19%. Compte tenu des opérations achevées en 2017, le bâtiment A de la Résidence Universitaire (316 logements), et la première tranche d’Harmony (46 logements), le nombre de logements sociaux dont dispose Antony est de 5 979 au 1er janvier 2018, ce qui conduit à un ratio de 22,30%.

Depuis le début de l’année 2018 les entreprises chargées de la démolition de la tour du 6, Scherrer (66 logements) sont désignées et la phase de préparation de chantier s’achèvera très prochainement.

Enfin, en termes de réhabilitations, celle des trois tours du parvis de la Bièvre s’achèvera avant la fin du premier trimestre 2018 et cette année est consacrée aux études préalables aux travaux à mener à la résidence des Bas-Graviers (243 logements) : rénovation thermique, réfection des halls, isolation par l’extérieur, etc.

Lors de son Conseil municipal de décembre 2008, la ville a adopté la charte du logement solidaire, signée avec des associations œuvrant pour l’insertion et l’accompagnement des personnes défavorisées et la lutte contre le mal logement. Dans ce cadre, elle a acquis depuis lors 16 logements dans le parc privé, dont la gestion est confiée à des associations.

Le CCAS anime aussi une commission de prévention d’impayés de loyers afin d’intervenir le plus en amont possible.

A la demande du Conseil Départemental, le CCAS gère, depuis 2014, les ASLL (Aide sociale liée au logement) : ce dispositif permet de prévenir les expulsions. C’est un accompagnement renforcé mené par un travailleur social.

Handicap

La ville d’Antony veille à l’intégration des personnes à mobilité réduite sur la commune, tant en termes de service que d’accessibilité.

Signataire en 2001 de la charte ville/handicap avec les associations, la Ville d’Antony s’efforce d’apporter des améliorations au quotidien des personnes. Ainsi, un référent charte ville/handicap assure le lien avec les associations et les usagers, et une commission extra-municipale réfléchit aux améliorations possibles de leur vie quotidienne, que la municipalité met en œuvre dans la mesure de ses moyens.

Par ailleurs, la ville organise, chaque année, des parcours d'accessibilité dans des quartiers, en présence des représentants d'associations, des services techniques de la ville, des élus et du référent handicap, afin de déceler les marges d’amélioration.

Le CCAS anime un groupe loisirs à destination d’un public adulte handicapé et leur propose séances de cinéma, restaurants…

En décembre 2015, la ville et le CCAS ont signé, avec l’hôpital Erasme et l’UNAFAM, la convention de création du conseil local en santé mentale. Depuis, des cellules de veille en santé mentales ont vu le jour.

Au niveau de l’accessibilité, des diagnostics de la voirie et des établissements publics ont été établis en 2009 et 2010, et la ville a déposé son AdAp (Agenda d’Accessibilité Programmé) qui a été validé par la préfecture. Le document définit un programme de travaux sur 9 ans afin de rendre accessible l’ensemble des équipements publics de la ville.

Ainsi, l’Hôtel de Ville, le CCAS et la médiathèque Anne-Fontaine ont été équipés de balises sonores facilitant le déplacement des personnes déficientes visuelles. Le bâtiment de l’Hôtel de Ville a été équipé d’une main courante sur les deux accès extérieurs. Les sanitaires de l’Hôtel de Ville et de la médiathèque Anne-Fontaine ont été mis aux normes pour personnes à mobilité réduite. Le groupe scolaire Velpeau et celui des Rabats ont été également mis aux normes d’accessibilité en 2014/2015. Les travaux de réaménagement du multi-accueil La clé des Champs ont permis de réaliser les travaux d’accessibilité de l’équipement.

En 2017, la ville a réalisé les travaux programmés pour la première année de l’AdAP (CCAS, Club des Aînés, Maternelle J. Moulin, Espace Pajeaud, Maison des Bas Graviers, Marché, Multi-accueil Pomme de pin, RAM une souris verte, groupe scolaire La Fontaine, centre municipal de loisirs du Parc Heller).

Dans les programmes de rénovation ou de réaménagement/agrandissement des équipements publics, les mises aux normes accessibilité sont toujours prises en compte.

Le cinéma le Sélect reconstruit intègre un système d’audio-description des films à l’attention des personnes non-voyantes, propose des séances sous-titrées et une boucle magnétique pour les personnes sourdes et malentendantes. Il est accessible aux personnes à mobilité réduite, tout comme l’espace Vasarely, la salle du Mont Blanc, le gymnase Adolphe Pajeaud et la crèche Coquelicots.

Depuis 2001 déjà, toutes les rues reconstruites sont équipées pour les personnes défaillantes visuelles de bandes rugueuses au sol (dites podotactiles), face aux passages piétons. Une quinzaine de bandes de guidage ont été installées sur divers carrefours avec le concours de l’association Valentin Haüy. De potelets contrastés à bouts blancs ont été ajoutés ou ont remplacé les anciens dispositifs. 425 dispositifs sonores ont été placés aux feux de circulation et 162 places de stationnement sont réservées aux personnes en situation de handicap. Un plan de 3 ans avait été prévu pour la mise aux normes d’accessibilité de toute la voirie pour les PMR. A la fin de l’année 2017, plus de 75 % de la voirie communale était accessible. Un nouvel état des lieux est en cours d’élaboration.

La Ville favorise aussi l’accueil des enfants en situation de handicap en milieu scolaire et de loisirs :

  • Les enfants qui présentent un handicap ou dont un membre de la famille proche présente un handicap sont accueillis prioritairement dans les établissements d’accueil de jeunes enfants, sous réserve que le handicap soit compatible avec la vie en collectivité.
  • La Municipalité a mis en place, avec l’Éducation Nationale, 2 ULIS (Unité Localisée pour l’Inclusion Sociale) à Antony pour l'accueil des élèves handicapés dans les écoles afin de leur permettre de suivre totalement ou partiellement un cursus scolaire.
  • Un projet personnalisé de scolarisation (PPS) est défini avec les parents de chaque enfant handicapé, afin de permettre son accueil et son intégration en établissement généraliste.
  • De même, un Projet d’Accueil Individualisé Périscolaire (PAIP) est mis en œuvre pour des enfants souffrant d’allergies alimentaires ou de maladies chroniques, selon deux procédures au choix.
  • Les centres de loisirs accueillent les enfants en situation de handicap dans le cadre d’un projet personnalisé périscolaire. Une cinquantaine d’enfants sont accueillis régulièrement dans des conditions qui font qu’Antony est désormais considéré comme une ville de référence par les autorités.
  • En partenariat avec l’association Valentin Haüy, la médiathèque Anne Fontaine a mis en place des CD audio spécialement conçus pour faciliter la lecture pour les personnes déficientes visuelles.

Par ailleurs, la Ville a voté, en 2007, un abattement sur la taxe d’habitation de 10 % de la valeur locative moyenne, pour les contribuables qui hébergent une personne handicapée.

Politique de la ville

La ville d’Antony vient d’achever la rénovation urbaine du quartier du Noyer Doré.

Grâce à la construction de nombreux équipements publics (Parc du Noyer Doré, Médiathèque Arthur Rimbaud, Complexe sportif Eric Tabarly, Centre commercial des Baconnets, Résidence étudiante Louise Bourgeois,…), à la résidentialisation et aux réaménagements des voiries et des espaces, et à une mixité sociale retrouvée, ce quartier est aujourd’hui agréable à vivre.  La nouvelle salle du Mont Blanc, destinée à l'accueil des fêtes familiales et associatives, a ouvert en décembre 2014.

Conformément au contrat qu’elle a conclu avec l’Etat pour le quartier du Noyer-Doré, la ville va consolider son projet de territoire pour mieux anticiper la sortie probable de la géographie prioritaire fin 2020. Les moyens alloués au centre social et culturel vont être renforcés pour lui permettre de répondre encore plus efficacement à ses missions d’animation, d’inclusion et d’ouverture sur les autres quartiers.

Le conseil citoyen, véritable trait d’union entre le projet de territoire et les habitants, verra son financement augmenté pour lui permettre de mener à bien des actions de communication et des projets  fédérateurs.

Les actions destinées à améliorer la qualité de vie, à renforcer le lien social et à favoriser l’initiative et l’autonomie seront encouragées et soutenues.

Le service prévention et cohésion sociale verra son effectif d’éducateurs abondé d’un poste. Les mesures d’accompagnement vers l’emploi seront développées (chantiers éducatifs et chantiers d’insertion) par la cellule insertion créée début 2017.

Les acteurs associatifs présents sur le territoire se verront proposer un processus de contractualisation pluriannuelle assorti d’objectifs et de moyens.  

Le Pimms d’Antony, devenu Maison des Services Au Public  (MSAP) sera conforté dans son rôle.         

Santé

Antony bénéficie d’une situation extrêmement favorable au regard de la santé :

La densité de médecins libéraux y est sensiblement supérieure à celle du département des Hauts-de-Seine et de la Région Ile-de-France :

  • 13 médecins généralistes pour 10 000  habitants contre 10 pour les Hauts-de-Seine et la Région Île-de-France
  • 18 médecins spécialistes pour 10 000 habitants contre 12 pour les Hauts-de-Seine et la Région Île-de-France.

L’accès aux soins y est aisé pour les médecins généralistes : 84 % d’entre eux sont conventionnés secteur 1. Le taux de conventionnement secteur 1 se situe dans la moyenne pour les spécialistes (52 %). Il en est de même globalement des auxiliaires de santé libéraux.

Antony bénéficie, en outre, de la présence de l’Hôpital Privé où plus de 230 médecins exercent dans 40 spécialités, de l’hôpital ERASME, qui s’est récemment vu remettre le label Culture et Santé par l’Agence Régionale de Santé, et de deux EHPAD offrant 194 places, ainsi que du centre Elisabeth de la Panouse-Debré, d’un CLIC et du CPPS au Parc Heller.

Il faut noter que l’offre médicale est surtout concentrée au centre-ville, à l’exception  des pharmacies, mais le centre-ville est aisément accessible de la plupart des quartiers par le RER B, les bus de la RATP et le réseau du Paladin.

En ce qui concerne le quartier du Noyer Doré, qui présente un besoin spécifique, compte tenu des difficultés qu’il rencontre, la ville a créé, dans le cadre du contrat urbain de cohésion sociale, un atelier-santé-ville pour faciliter l’accès aux soins des habitants, et a participé avec la Croix Rouge à la réalisation d’un centre de santé. Elle a acquis à cette fin les locaux dans le centre commercial des Baconnets, en a financé l’aménagement et l’a remis à la Croix Rouge qui en assure le fonctionnement.

Par ailleurs, la ville s’est inscrite, de longue date, dans la politique de prévention et de la sécurité sanitaire (légionellose, monoxyde de carbone, dératisation). Elle mène régulièrement, depuis une vingtaine d’années, des campagnes de prévention bucco-dentaire, de Nutrition-Obésité- Diabète dans le cadre du Programme National Nutrition Santé (PNNS) et elle a intensifié ses actions au cours des dernières années en organisant chaque année des campagnes de prévention contre les maladies chroniques, en partenariat avec la CPAM 92, l’ADK 92, l’Hôpital Privé,  les Hôpitaux Ambroise Paré et Argenteuil, les Industries Pharmaceutiques :

  • Maladies cardio-vasculaires, une campagne qui s’étend sur plusieurs années (plus de 1 300 Antoniens en ont déjà bénéficié depuis 2009).
  • Cancer du sein (progression du taux de dépistage de 43% en 2017 à Antony).
  • Cancer du côlon. Taux de dépistage à plus de 35% en 2017
  • Cancer de la peau – mélanome (projet EC-R-AN, Projet prévention SOLADO). Lycées / Collèges d'Antony et Châtenay-Malabry participent depuis 2011 (2 publications) ; plus de 6 établissements ont participé en 2016 et en 2017.

Toutes ces actions seront poursuivis et renforcées en 2018, mais de nouvelles actions seront programmées dans les domaines de : la nutrition, le sommeil, les conduites à risques, le dépistage du cancer de l’utérus (ADK 92), les MST, le mois sans tabac.

D’autre part, le conseil local de santé mentale (CLSM) va bénéficier d’un nouveau pilotage avec la nomination d’une coordonnatrice.

En outre, les lieux publics les plus fréquentés ont été équipés de défibrillateurs (30 sont déjà installés à ce jour) et la ville organise chaque année, depuis 2008,  la formation des enfants des écoles aux gestes des premiers secours avec défibrillateur : près de 650 jeunes et 70 membres d’associations sportives et éducatives ont été  formés cette année.

Pour évaluer et lutter contre la pollution de l’air, plus de 50 bio-stations de plantes bio-indicatrices et bio-accumulatrices ont été mises en place, et sont évaluées tout au long de l’année, sur le territoire.

En 2018, la ville gardera le même cap dans le domaine de la prévention-santé et de la sécurité sanitaire en renforçant les collaborations partenariales ; par exemple, nouvelle collaboration avec l’IRSTEA (bio-surveillance par les plantes et suivi de la pollution de l’air au niveau des sols, feuilles..) et LCPP ( mesures et comparaisons sur la qualité de l'air....) ; et avec l'HPA (e-santé, santé connectée, plateforme d'évaluation et du suivi des patients en ambulatoire, prise de rendez-vous par internet..etc). En 2017, l'organisation du 1er congrès national médical par la société française de la photodermatologie (14, 15,16 juin à Vasarely) fut un succès avec plus de 100 participants, qui ont traité les pathologies de la peau et les nouveaux traitements comme la luminothérapie ; en Novembre 2018, un nouveau Congrès national, traitant de thèmes en bio-physique, sera organisé à Vasarely.

La Ville considère que la qualité de l’air, les nuisances sonores, les champs électromagnétiques sont des sujets importants créant un impact sur l’environnement et la santé publique.

C’est pourquoi, début 2016, une campagne d’analyses d’air des abords de l’A86 a eu lieu avec pose de capteurs (aux abords de l’autoroute, au domicile de riverains et au parc des alisiers). Début 2017, une seconde campagne de mesures d’air a été réalisée au carrefour de la Croix de Berny et au Centre-Ville, par le Laboratoire de la Préfecture de Police. En 2017, la ville a mis en place la campagne de sensibilisation aux risques et effets du bruit dans les écoles de la ville, ainsi que dans les crèches. Toujours dans le même d’esprit et afin d’avoir des diagnostics à présenter aux administrés et/ou aux associations, il est prévu d’effectuer des mesures de bruits.

Par ailleurs, la Ville a demandé à la société Simutech-UAE de mesurer le niveau des champs électromagnétiques dans l’ensemble des rues d’Antony. Le dispositif démontre qu’à Antony, les champs électromagnétiques auxquels la population est exposée dans l’espace public demeurent faibles. Les chiffres restent loin du seuil maximal autorisé par la loi. Les résultats sont visibles sur une carte interactive publiée en ligne.

Sécurité

Parce que la sécurité est la première des libertés et qu’elle manque le plus souvent aux personnes en difficulté, la ville d’Antony considère comme une priorité la politique de prévention et de sécurité.

En matière de sécurité, Antony, qui est une des villes les plus calmes du département, a déployé depuis 2003 un réseau de vidéoprotection, afin d’agir en complémentarité de l’action des forces de police nationale.

Une expérimentation lancée au milieu des années 1990 au parc Heller avait montré que l’installation de caméras s’accompagnait d’une diminution des actes de malveillance. Le réseau a d’abord été étendu au centre-ville entre 2003 et 2005 et a permis d’élucider un certain nombre d’affaires judiciaires et d’effectuer des interpellations sur la base des images recueillies par ces caméras. Ce dispositif contribue donc largement à faciliter le travail de la police et de la justice.

Conformément aux engagements pris, la ville ne va pas ménager ses efforts pour renforcer son effectif de policiers municipaux et les doter des moyens requis (véhicules, armement, nouveau réseau radio etc…).

De même, le plan de couverture  de la ville par des moyens de vidéoprotection va se poursuivre et s’intensifier.

Après une année d’efforts consacrés à des études diverses et au déploiement de la fibre, 2018 devrait voir le réseau croître d’une centaine de caméras essentiellement sur voie publique, dans le centre-ville, aux abords des écoles, en entrée de ville et dans plusieurs quartiers.

L’État, la Région et le Conseil départemental seront naturellement appelés à soutenir l’effort communal en matière de sécurité.

Le dispositif Voisins vigilants, qui connaît une croissance exceptionnelle depuis sa mise en place (près de 450 inscrits aujourd’hui), verra son usage élargi aux commerçants et renforcé.

2018 verra également la direction de la sécurité et la police municipale s’installer pour deux ans dans le bâtiment qu’occupait la CPAM rue des Champs, et dont la ville a désormais la propriété, pour permettre la reconstruction du poste de police municipale.

La municipalité s’efforce de favoriser l’accès et l’aide à l’information des Antoniens. Ainsi, afin de faciliter l’orientation des personnes vers les interlocuteurs compétents, un Point d’Accès au Droit centralise les services gratuits suivants jusqu’à présent dispersés : Consultations juridiques, Ecrivains publics, ADAVIP (association départementale d’aide aux victimes), ADIL 92, Services fiscaux, Conciliateur de justice, Délégué du médiateur de la République, Médiation familiale, centre d’information sur le droit des femmes et des familles, Point Info Energie,…

Démocratie locale

La municipalité souhaite être au plus proche des habitants en utilisant au mieux les nouvelles technologies.

Ainsi, la Ville a déployé un outil de gestion numérique de la relation avec les citoyens (GRC) qui permet de mettre en place un véritable guichet unique, facilitant les démarches des Antoniens, optimisant le travail des agents municipaux et permettant l’économie de documents papiers.

Par ailleurs, la réalisation de travaux d’aménagement au sein de la direction de la population a permis d’améliorer sensiblement le confort des usagers et les conditions de travail du personnel. En outre, une étude sur le réaménagement de l’accueil de l’hôtel de ville est en cours, visant à optimiser l’accueil des administrés.

Depuis 3 ans, le Conseil municipal est diffusé en direct sur le site internet de la ville et permet aux Antoniens de suivre les débats sur l’avenir de leur commune.

Enfin, la ville va innover cette année en adoptant un nouveau dispositif : le budget participatif. Il consiste à donner la possibilité aux habitants de participer à l’élaboration du budget d’investissements de la ville en proposant des projets, dans le cadre d’une enveloppe définie. Les propositions sont analysées par les Services Municipaux et si elles sont jugées faisables, elles seront soumises au vote des habitants. Les projets ainsi retenus sont incorporés au  budget de la ville.

D’une manière générale, la Ville s’est engagée dans une démarche « Smart city », notamment dans le cadre du réaménagement du quartier Antonypole. La Ville a organisé, le 21 novembre dernier, avec le pôle Systematic, une journée « smart city » à l’espace Vasarely, réunissant plus de 330 entrepreneurs, experts et universitaires.