Handicap

Au fil des années, la ville d’Antony a véritablement amplifié son effort pour faciliter la vie quotidienne des personnes en situation de handicap. Découvrez les actions permanentes ou ponctuelles réalisées en ce sens.

En 1999, la Ville éditait son premier guide « handicap et inadaptation » avec le concours de nombreuses associations telles que l’Unafam, l’Adapei Sud 92, Artis, l’Aftc, l’Imc, l’Avh, l’Ecsep, Horizon… Objectif : améliorer l’accessibilité des lieux publics, de la voirie, des services de la Ville, en incitant la participation des personnes en situation de handicap aux activités communales.

En 2001 la commission de suivi de la charte « Ville-Handicap » était créée. Que lit-on dans son préambule ? Elle « peut se définir comme un ensemble de principes du comportement individuel et collectif, dans une Ville en recherche d’harmonie collective au bénéfice partagé des citoyens handicapés ou non. Elle vise à une adéquation entre le “vouloir être” de la personne handicapée et les “savoir-faire”, de la Commune, des Associations et des intéressés ». Une commission de suivi de l'application de la Charte Ville-Handicap se réunit régulièrement. Elle rassemble élus, services de la Ville et associations.

En 2007, la commission d’accessibilité de la Ville commençait ses travaux. Désormais, tous les projets municipaux intègrent cette volonté d’agir au quotidien pour le handicap à Antony.

Renseignements complémentaires auprès de la Coordination handicap

Tél. : 01 40 96 73 42
E-mail : handicap@ville-antony.fr


Les actions menées par la Ville

Coordination handicap

Installée depuis janvier 2012 au CCAS (81, rue Prosper Legouté), elle est un lieu privilégié des personnes en situation de handicap et de leurs familles. Son coordinateur les guide concernant leurs démarches auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH, ex-COTOREP) dont il est l’interface. Il est le lien entre la municipalité et les associations œuvrant dans le domaine du handicap. Il coordonne les actions de sensibilisation à travers des journées d’actions dans les différents quartiers de la ville, il est le lien dans le cadre de la charte ville-handicap, notamment en ce qui concerne l’accessibilité, les loisirs, la voirie, l’éducation, le transport. Il est le point fort du CCAS concernant les personnes en situation de handicap.
Reçoit sur rendez-vous : 01 40 96 73 42
E-mail : handicap@ville-antony.fr
Valérie Benoit est l’élue déléguée aux personnes en situation de handicap.
Elle est joignable sur rendez-vous : 01 40 96 73 42.
E-mail : valerie.benoit@ville-antony.fr

Guide du handicap

Depuis 1999, la Ville s’est impliquée sur le handicap et a édité un guide avec les associations qui œuvrent dans ce domaine. Les coordonnées diverses des associations et enseignements sur le handicap figurent dans ce guide.
Cliquez ici pour consulter le guide du handicap ! (format PDF - 388ko)

Stationnement réservé

La Ville est à l’écoute des Antoniens qui, de par leur handicap, ont besoin d’un stationnement proche de leur domicile et des commerces. Il existe aujourd’hui environ 160 places de stationnement réservées aux personnes à mobilité réduite, tenant compte de l’aménagement technique de la voirie et de ses contraintes. Les personnes concernées doivent être munies de la carte européenne de stationnement originale en cours de validité, apposée sur le tableau de bord du véhicule. La loi du 18 mars 2015, visant à faciliter le stationnement des personnes en situation de handicap titulaires de la carte stationnement, permet de stationner sur l'ensemble des emplacements de stationnement (réservés à cet effet ou non) gratuitement et sans délai de stationnement. Ces nouvelles dispositions de la loi ne concernent bien évidemment pas les stationnements dits gênants (trottoir, passages piétons, etc...).
Cliquez ici pour accéder à la carte des espaces de stationnement !

Accessibilité de la voirie

Démarré en 2009, la Ville d’Antony met en œuvre son programme de voirie accessible aux personnes en situation de handicap par la réfection des chaussées et des trottoirs, consistant à abaisser les bordures aux points de passage et à installer des bandes podotactiles (une texture en relief que les personnes atteintes d’une déficience visuelle peuvent reconnaître), des bandes de guidage et de poteaux de signalisation pour les personnes déficientes visuelles.

Feux sonores

Aujourd’hui, 50 carrefours d’Antony sont équipés de feux sonores facilitant la traversée des personnes déficientes visuelles. Ces dispositifs sont activés au moyen d’une télécommande, disponible gracieusement au CCAS (coordination handicap) ou à l’accueil de l’Hôtel-de-Ville.

Accessibilité des bâtiments communaux

De nombreuses adaptations de bâtiments ont été réalisées pour faciliter l’accès aux services de la ville, notamment à la mairie où ont été installées des portes automatiques et des balises sonores mais aussi des indications en braille dans l'ascenseur, permettant l’accès aux personnes à mobilité réduite. Ces travaux ont été réalisés avec le concours des associations de personnes en situation de handicap. De même, plusieurs bâtiments récemment créés ou qui ont été reconstruits sont accessibles aux personnes en situation de handicap. La liste est consultable auprès de la coordination handicap du CCAS. Il s’agit principalement du complexe sportif Éric Tabarly, de la médiathèque Arthur Rimbaud, du 11 – Espace Jeunes, du château Sarran, des courts de tennis couverts du stade Georges Suant, du cinéma « Le Sélect », de l’Écoute du Noyer Doré, du conservatoire Darius Milhaud, de l’Office de tourisme, etc. Bien sûr, l'espace Vasarely est totalement accessible, ainsi que le futur complexe sportif La Fontaine.

Inclusion scolaire des enfants

La Ville dispose de 3 classes d’unités localisées pour l'inclusion scolaire (ULIS) situées à l’école des Rabats, à l’école La Fontaine, à l’école Adolphe Pajeaud, qui scolarisent des enfants en situation de handicap avec l’aide des enseignants spécialisés et d’accompagnants des élèves (AESH). Par ailleurs, ne souhaitant pas pénaliser les familles à cause du surcoût des frais de scolarité des enfants se trouvant dans des ULIS extérieures à la ville (consécutive à l’orientation de la MDPH), le CCAS prend en charge celui-ci sur la base d’une convention intercommunale établie entre Antony et les communes concernées.

Développement des loisirs

La Ville réfléchit au développement de loisirs pour les adultes handicapés et isolés. Pour ce faire, un questionnaire a été réalisé. Le formulaire est à retourner au Centre communal d'action sociale (81, rue Prosper Legouté) ou par courriel sur handicap@ville-antony.fr

Parcours handicap

Dans le cadre des travaux de la charte « Ville-Handicap », chaque année les associations participent avec des élus d’Antony à un parcours dans différents quartiers. Des préconisations sont recueillies pour améliorer le confort de tous (personnes à mobilité réduite, âgées, parents avec poussette…).

Sensibilisation

Cela passe par différentes actions ayant pour mot d’ordre la solidarité. Le CCAS et les associations avaient organisé en 2010, dans le cadre de la semaine « Ensemble et Solidaires », une thématique sur le handicap, avec différentes activités : danse, chants, concerts, peinture, photographie, sculpture, activités ludiques, parcours en fauteuil, démonstrations diverses… Une opération de sensibilisation du public aux différents handicaps a également eu lieu avec le service éducation et les enfants des centres municipaux de loisirs (CML). Elle concluait un partenariat de sensibilisation avec 3 associations durant 2 ans dans les CML. Toutes ces actions ont eu pour but de sensibiliser chacun d’entre nous au bien vivre ensemble. D’autres actions suivront…

Structures d’accueil

La ville d’Antony compte plusieurs établissements sur son territoire accueillant des adultes ou enfants en situation de handicap : le foyer Apajh, l’Aprham Alternot, le centre psychothérapique et pédagogique spécialisé, le centre médico-psychologique de l’hôpital Érasme, le centre de rééducation motrice pour Tout-Petits (Centre Élisabeth de La Panouse-Debré), l’Esat Jacques Monod.

Logement social

L’accès au logement est évidemment une des conditions premières d’une bonne insertion sociale. La Ville tient compte des problèmes de santé des demandeurs de logement, notamment des personnes à mobilité réduite dans le cadre de l’attribution des logements accessibles aux personnes à mobilité réduite. Si des travaux sont à réaliser dans les logements, les bailleurs mettent tout en œuvre pour réaliser les modifications. L’Agence nationale de l’habitat (ANAH) peut également apporter des aides sur des projets d’amélioration de l’habitat.

Sorties du CCAS

Le CCAS organise des sorties pour les personnes en situation de handicap. Plusieurs événements ont d'ores et déjà eu lieu (visite de la ville de Moret-sur-Loing en juin 2013, visite de l'aquarium de Paris en décembre 2014, visite de France miniature en septembre 2015, séances spéciales au cinéma le Sélect...). D’autres sorties sont en réflexion, pour tous renseignements contacter le coordinateur handicap du CCAS au 01 40 96 73 42 ou par e-mail : handicap@ville-antony.fr.

Équipements sonores

La municipalité a équipé le cinéma Le Sélect d’une boucle audio et propose de nombreux films en audio-description pour les personnes déficientes visuelles et sous-titrés pour les personnes malentendantes. Le CCAS et la médiathèque Anne Fontaine sont équipés de bornes sonores. Vous pouvez aussi recevoir sur demande la version sonore du magazine Vivre à Antony.

Sport

Antony Sports Handi Club est le club de la ville affilié à la Fédération française handisport. La natation, la plongée sous-marine et le tennis en fauteuil roulant peuvent y être pratiqués en loisir ou en compétition. Chaque section est encadrée par des moniteurs diplômés BE avec une qualification handisport.
Renseignements complémentaires : antonysportshandi-club.wifeo.com.

La Ville a soutenu la Mission Rio 2016 qui visait à sélectionner au moins 2 joueuses de tennis en fauteuil d’Antony pour les Jeux paralympiques de Rio en 2016. Projet ambitieux puisqu’il fallait intégrer le top 20 mondial et être potentiellement médaillable pour intégrer l’équipe de France paralympique. Les athlètes Charlotte Famin et Emmanuelle Mörch se sont brillamment qualifiées pour la compétition en septembre 2016.
La Ville soutient également le tournoi handisport de tennis BNP Paribas Open de France au parc de Sceaux chaque année.

Médiathèques

Elles ont développé depuis trente ans une importante section braille, animée par des bénévoles qui saisissent eux-mêmes des ouvrages variés. Une fois transcrits en langage braille, ceux-ci sont empruntés par des malvoyants de toutes régions. Elle organise également une biennale sur le handicap qui associe l’hôpital Erasme et d’autres partenaires. L’occasion de présenter diverses activités culturelles : contes, peintures, sculptures, conférences. Enfin, la médiathèque Anne Fontaine a initié un partenariat avec la médiathèque Valentin Haüy de Paris pour mettre à disposition des livres audio, non seulement du public handicapé visuel ou autre, mais de toute personne avec un problème de vue l’empêchant de lire facilement des écrits. L’emprunt de ces livres audio à la médiathèque Anne Fontaine sera gratuit.
Ces livres pourront aussi être téléchargés sur www.avh.asso.fr/mediatheque/mediatheque.php.

Agissez pour les personnes en situation de handicap

Des gestes quotidiens à la portée de tous !
  • Être attentif aux personnes à mobilité réduite, si besoin les aider à se déplacer à traverser les voies et, pour les personnes déficientes visuelles avec une canne blanche qui acceptent votre aide, proposez-leur votre bras gauche.
  • Se proposer comme bénévole aux sorties pour les personnes en situation de handicap.
  • Pour les sportifs, être le duo d’un joggeur avec l’association Valentin Haüy qui œuvre dans le handicap visuel.
  • Ne pas laisser traîner sa poubelle sur les trottoirs, une gêne pour les piétons.
  • Ne pas laisser la végétation des propriétés privées empiéter sur la voirie et rendre difficile (voire dangereux) le passage des personnes.
  • Ne pas laisser son vélo, son scooter encombrer le trottoir pour les piétons toujours.
  • Penser aux aménagements pour personnes en situation de handicap lors d’une rénovation (appartement, pavillon, voie d’accès, commerce).
Les handicaps invisibles

Beaucoup de handicaps, parfois sévères, peuvent ne pas être apparents au premier regard. Il peut s’agir de déficiences physiques (surdité, malvoyance), de maladies ou douleurs chroniques invalidantes, ou encore de troubles psychiques chroniques relevant de la psychiatrie. Dans ce dernier cas, on parle de handicap psychique. À la différence du handicap mental, le handicap psychique n’est pas lié à une déficience des facultés intellectuelles, mais à des limitations dans l’expression des potentialités de la personne.

Question à Valérie Benoit, conseillère municipale déléguée aux personnes en situation de handicap

Vous êtes depuis mars l’élue en charge du handicap à Antony. Quel regard portez-vous sur les actions de la Ville ? Et quels sont vos projets en la matière ?

La question du handicap me préoccupe particulièrement puisque je suis présidente d’une association œuvrant dans ce domaine. Depuis plus de 10 ans, la Ville s’est investie sur cette question par la signature de la charte ville handicap entre la plateforme interassociative des personnes handicapées et Patrick Devedjian, alors maire de la commune. Puis en mettant en place une commission de suivi des travaux de la charte et en créant en 2007 la sous-commission d’accessibilité des personnes en situation de handicap. Nouvellement élue, j’ai repris les travaux de Verena Gonin, qui avait déjà bien avancé sur les différentes problématiques liées au handicap, notamment sur l’accessibilité de la voirie et des bâtiments publics. Avec le coordinateur handicap du CCAS, nous avons réfléchi sur l’amélioration des conditions de vie des personnes en situation de handicap. C’est pourquoi un questionnaire a été créé et permettra d’avoir une vision sur les souhaits des personnes isolées. D’ores et déjà, j’ai organisé une sortie au Sélect au mois de juillet et le 14 octobre, avec un groupe de personnes de tous horizons confondus et n’ayant que peu de loisirs. Les retours, je peux vous le dire, sont très bons et prouvent que l’engagement de la municipalité pour améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap paye, ce qui me donne encore plus d’énergie pour continuer dans le bon sens. Certes, il reste encore beaucoup de choses à faire et je reste à l’écoute des Antoniens qui peuvent me rencontrer pour toutes les questions qui les intéressent. Je souhaite vivement inclure le handicap dans toutes les activités de la ville, ce qui contribuera à essayer de changer les mentalités. Je veux avec mes collègues pouvoir être la cheville ouvrière du bien vivre ensemble. Nous avons tout à gagner dans l’amélioration des conditions de vie des personnes qui un jour se retrouvent confrontées à une maladie invalidante qui trop souvent les place en marge de la société. Tout ne changera pas d’un coup de baguette magique, mais chacun d’entre nous contribuera à sa manière à rendre la vie de ces personnes un peu plus agréable.