Ville d'Antony

Massy-Valenton Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte


Le rapport de la Commission mobilité 21 conclut au report, au-delà de 2030, du projet de ligne d'Interconnexion Sud des lignes à grande vitesse. La ville a donc voté à l'unanimité un avis lors du Conseil municipal du 27 juin 2013, demandant l'abandon du projet Massy-Valenton, et la réalisation, avant 2025, du projet d'Interconnexion Sud, à condition qu'elle soit réalisée totalement en souterrain à partir de la gare Massy-TGV. À la demande du gouvernement et de Réseau Ferré de France (RFF), le préfet des Hauts-de-Seine a décidé de lancer l’enquête publique sur le projet Massy-Valenton. Initialement prévue en septembre, l'enquête aura probablement lieu en novembre. Les Antoniens pourront donner leur avis sur ce projet, contre lequel s’élève la municipalité.


Le projet d'Interconnexion Sud

Adopté dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, le projet d’Interconnexion Sud des lignes à grande vitesse a fait l’objet d’un débat public de décembre 2010 à mai 2011 au cours duquel l’opération a été présentée comme devant être mise en service à partir de 2020 et au plus tard en 2025. À la suite de ce débat public, Réseau Ferré de France a retenu en septembre 2011 le scénario C, celui d’une liaison totalement souterraine entre Massy et la ligne TGV Paris-Lyon au niveau de Lieusaint. La Ville d’Antony a participé au débat public en déposant un cahier d’acteur, dans lequel elle a apporté son soutien au projet à condition que l’entrée du tunnel soit réalisée dès la gare de Massy-TGV et non à proximité de celle de Massy-Verrières, en raison des nuisances que cette entrée apporterait au quartier du Noyer Doré.

Le nouveau projet Massy Valenton de RFF

En parallèle, Réseau Ferré de France a élaboré un nouveau projet Massy Valenton, visant à assurer la fluidité d’un trafic TGV croissant, en attendant la réalisation de l’Interconnexion Sud. Ce nouveau projet, à la différence du précédent, qui avait été présenté en 2003, n’élargit pas la plateforme ferroviaire sur la rue des Chênes et prévoit des protections acoustiques le long des voies afin de réduire les nuisances pour les riverains de l’ensemble de la ligne dans la traversée d’Antony. Ce projet a été soumis à la concertation préalable par RFF, l’objet de cette concertation étant essentiellement de définir précisément, secteur par secteur, les protections acoustiques les plus appropriées - murs antibruit, travaux sur les voies, protections des façades –, en accord avec les riverains.

Un moyen d'accroitre provisoirement le trafic ferroviaire

Ce nouveau projet a été élaboré et présenté à la concertation en tant que moyen d’accroître provisoirement le trafic ferroviaire sur la ligne du RER C dans l’attente de la mise en service de la future ligne souterraine. C’est ainsi que le projet a été présenté au Comité de Suivi du 2 octobre 2012, au cours duquel Réseau Ferré de France et Madame la Garante de la concertation ont acté que si le projet d’Interconnexion Sud devait être annulé ou reporté au-delà de 2025, le nouveau projet Massy-Valenton devrait être reconsidéré.

Une enquête publique sur le projet malgré le report de l'Interconnexion Sud

Or, en juillet 2013, le gouvernement a décidé de reporter la construction de la ligne d’interconnexion Sud au-delà de 2030, car il abandonnerait la construction de nouvelles lignes à grande vitesse pour se concentrer sur l’entretien et la modernisation des lignes existantes. Estimant que le nombre de rames TGV d’interconnexion n’aurait donc plus de raisons d’augmenter, la Ville a demandé l’abandon du projet Massy-Valenton en votant un avis en juillet 2013. Malgré cela, le gouvernement et RFF ont décidé de maintenir le projet et de lancer une enquête publique. Les riverains disposeront d’un mois à compter de son ouverture pour consulter le dossier et y apposer leurs remarques. Cette dernière devait initialement démarrer en septembre, mais aura probablement lieu en novembre. Les dates de l’enquête et de présence du commissaire enquêteur seront communiqués dès qu’elles seront connues.

2 questions à Wissam Nehmé, conseiller municipal délégué à la sécurité routière et à la prévention des risques

Quelle position la municipalité compte-t-elle prendre dans le cadre de l’enquête publique ?
Notre position est claire : nous sommes contre ce projet dans la mesure où il n’a plus de raison d’être. RFF justifiait initialement le projet par la nécessité de répondre au trafic croissant des TGV. Le gouvernement a décidé en juillet 2013 de suivre les recommandations de la Commission Mobilité 21 en reportant la construction de ligne d’interconnexion Sud au-delà de 2030, expliquant qu’il n’y aura pas plus de TGV et que les moyens seront orientés vers les lignes existantes. S’il n’y a pas plus de TGV, quel est l’intérêt de ce projet ? Pourquoi provoquer des nuisances à des milliers de riverains et dépenser autant d’argent pour un projet inutile ? J’ajoute que la concertation s’est déroulée en partant du principe que la ligne d’interconnexion Sud serait réalisée en 2025 !
Pourquoi le gouvernement et RFF maintiennent-ils donc le projet ?
Aujourd’hui, RFF justifie le projet par sa volonté de doubler le nombre de RER C aux heures de pointe mais surtout pour faire gagner, en moyenne, une minute trente aux TGV ! 140 millions d’euros, plusieurs années de travaux de jour comme de nuit, des rues bloquées, des milliers de camions…, autant de dépenses et de nuisances pour un si faible intérêt ! C’est pourquoi j’invite les Antoniens à venir s’exprimer nombreux contre ce projet durant l’enquête publique.

Cliquez ici pour consulter la position de la Ville sur les solutions proposées par RFF
Discours du maire d'Antony, le 2 juillet 2012, lors de la réunion publique d'information.
Qui est RFF ?

Réseau Ferré de France est un Etablissement Public Industriel et Commercial (EPIC) créé en 1997. Propriétaire et gestionnaire des infrastructures ferroviaires, RFF a pour objet l’aménagement, le développement, la cohérence et la mise en valeur du réseau ferré national.