Manufacture du Lap d'art

Construite en 1974, la résidence des Grands-Chênes a remplacé une vaste propriété arborée comprenant maison de maître et communs des XVIe-XVIIIe siècles.

C’est ici que s’installent, en 1919, l’ingénieur Jean-Charles Séailles et son épouse, la cantatrice Spéranza Calo. Ensemble, ils mettent au point le lap, un matériau de synthèse qui embellit le ciment en lui donnant un aspect semblable à l’émail, avec des teintes éclatantes. Le lap est utilisé comme élément de construction et comme revêtement décoratif.

Les ateliers du lap d’art fonctionnent de 1923 à 1939 sous la direction de Spéranza Calo. Côtoyant des peintres, sculpteurs et décorateurs du Paris de l’entre-deux-guerres, elle réalise des panneaux uniques à partir des cartons d’artistes tels que Dufy, Foujita, Grüber, etc. Les surfaces, traitées à plat ou en relief, sont volontiers relevées d’incrustations fines, par exemple de métaux précieux.

Interrompue par la seconde guerre mondiale, la production de la manufacture d’Antony s’arrête définitivement au début des années 1960.

54, avenue du Bois-de-Verrières