Qualité de l'air

Dernière modification le 13/06/2022

Depuis de nombreuses années, la Ville se préoccupe de la qualité de l’air respiré par ses habitants.

Le sujet de la qualité de l'air de sol et de l'eau, est d'une grande importance pour la ville, dans le domaine de la prévention des risques sanitaires, de la sensibilisation et d'éducation liés à la santé-environnement et aux expositions environnementales (physiques, chimiques et biologiques) signale Ioannis Vouldoukis, Conseiller Délégué à la santé, sciences, hygiène. Depuis mars 2020, seize capteurs d’air ont été installés sur les façades de différents bâtiments publics antoniens. Après une phase expérimentale concluante, la Ville a doté tous ses quartiers de capteurs d'air fixes et de 3 capteurs permanents pour le suivi des pollens en 2021. Ces boitiers permettent aux habitants et agents municipaux d’être informés en temps réel sur la qualité de l’air par la mesure de plusieurs polluants : dioxyde d’azote et particules fines.

La qualité de l’air est définie par le niveau de concentration en polluants atmosphériques dans une zone géographique déterminée. Si certains polluants sont naturellement présents dans l’atmosphère, d’autres proviennent de l’activité humaine. Ces particules représentent un risque pour la santé et l’environnement, raison pour laquelle ils sont en permanence mesurés et surveillés annuellement. Pour agir dans ce domaine, encore faut-il disposer de données fiables. C’est ce qu’a entrepris la Ville
en déployant un dispositif complet de surveillance et de suivi basé sur plusieurs méthodes et outils innovants.

Surveillance de la qualité de l'air par les plantes : les bio-stations

En 2015, elle a expérimenté des biostations capables de suivre annuellement l’évolution de certains polluants grâce à des plantes. Ce dispositif de surveillance de la qualité de l'air par des plantes normalisées est capable de suivre annuellement la présence et l'évolution de certains polluants dans l'air. Ce dispositif végétal peut contribuer à la diminution de la pollution mais aussi nous fournir de précieuses informations sur la quantité, la provenance et la nature de ces polluants. En parallèle, la Ville développe des actions pédagogiques de sensibilisation et d'éducation à la santé environnementale pour les scolaires et le grand public grâce à ces disposifs de bio-station végétale.

AirParif et mesures de la LCPP

Depuis 2016, des mesures ponctuelles et régulières de l’air sont réalisées par le Laboratoire Central de la Préfecture de Police (LCPP). régulièrement depuis 2016 de mesures de polluants particulaires et gazeux sur différents sites (air, sol et eau). Des capteurs passifs ont enregistré durant cette période les concentrations des dioxyde d'azote (NO2), de particules PM10 et métaux lourds, de Composés Organiques Volatiles Hydrocarbures Aromatiques Monocycliques (COV-HAM) et de l'ozone (O3). Concernant la période de ces mesures, les concentrations moyennes en NO2 et PM10 (voir tableau ci-joint) sont inférieures à 40µg/m3, ce qui est l'objectif de qualité en valeur moyenne annuelle, comparé aux résultats obtenus sur les sites de références d'Airparif à la même période; excepté pour les rues Jean Moulin et Mounié dont les valeurs en NO2 sont de 48 et 51 µg/m3 respectivement, ce qui reste bas pour des rues traversées par les voitures. Les concentrations moyennes en métaux lourds (plomb, arsenic, nickel cadmium) sont toutes faibles et nettement inférieures aux valeurs de référence. Concernant l'ozone, les concentrations mesurées sont égalmeent faibles et inférieures aux valeurs de référence, mais aussi inférieures valeurs obtenues par AirParif sur la même période (voir tableau ci-joint). Pour les (COV-HAM) et plus particulièrement le benzène, les concentrations mesurées lors de nos analyses à Antony sont faibles et l'ensemble des concentrations analysées est inférieur à l'objectif de qualité de l'air de 2µg/m3. Cette étude a été complétée en 2021 par LCPP en avril 2021 (voir tableau ci-joint).

En ce qui concerne les analyses du sol par LCPP, la dernière étude a été réalisée en septembre 2020 en Centre-Ville et concerne les métaux lourds, les composés organiques volatiles (COV) et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Les résultats obtenus sont inférieurs aux normes établies pour le suivi de la pollution organique ou minérale des sols (voir tableau ci-joint).

La qualité de l'air mesurée par des capteurs fixes

Enfin, en 2020, 16 capteurs de la pollution de l’air extérieur ont été installés dans tous les quartiers de la ville permettant aux habitants d’être informés en temps réel grâce à l’application Caeli (disponible sur Android et iOS). Ce projet, financé par le budget participatif à hauteur de 12 000 €, intègre l’achat des capteurs, leur pose sur des équipements publics et la diffusion des mesures réalisées par la Ville. Ce recueil de données ne s’arrête pas là puisque l’analyse des sols, de la faune aquatique et de l'impact de polluants se poursuit annuellement. En croisant toutes ces informations, nous obtenons une vue locale précise de la situation environnementale. Nous pouvons ainsi comparer les données antoniennes avec la situation existante au niveau régional et agir pour réduire les nuisances susceptibles de porter atteinte à notre santé.

Une bonne qualité d'air à Antony
qualité de l&aposair 1

L'ensemble des dispositifs mis en place par la Ville pour évaluer la qualité de l’air antonien atteste d’une baisse des polluants atmosphériques sur une grande partie du territoire. Comparé au coeur dense de l’agglomération parisienne, Antony bénéficie globalement d’une bonne qualité de l’air. Le climat francilien (océanique influencé) est plutôt favorable à la dispersion des polluants issus des nombreuses activités humaines impactant la qualité de l’air. Cependant, cette qualité de l’air est très variable au niveau régional. Concrètement, si l’on compare avec la situation parisienne (Porte d’Auteuil), les concentrations en polluants mesurées à Antony sont inférieures de 75 % pour le dioxyde d’azote et de 50 % pour les PM10. La qualité de l’air est donc plutôt bonne sur Antony. La ville d’Antony comporte de nombreux atouts vis-à-vis de la qualité de l’air (situation géographique, morphologie de la ville) qui expliquent en partie ces bons résultats malgré la présence de nuisances (comme le trafic routier, notamment avec l’A86). Mais plusieurs autres facteurs y contribuent aussi : les nombreux espaces verts d’Antony ont tendance à faire baisser la pollution. Comme évoqué plus haut, la météo joue un rôle à prendre en compte : le vent et la pluie ont en effet tendance à disperser les polluants. À l’inverse, les situations anticycloniques favorisent leur stagnation.

qualité de l&aposair 2