Agenda

Retour à l'agenda
Histoire
06.06.2024 au 24.08.2024
Dernière modification le 06/05/2024

6 juin - 24 août 1944, 80 jours vers la Liberté

Les Archives communales vous racontent la guerre et le quotidien à Antony à travers des documents d'origine publique et privée qui témoignent des 80 jours avant sa Libération. Papiers, photographies, récits audios : découvrez la frise chronologique et naviguez vers la Liberté, du printemps à l'été 1944. 

 

Photo article : *archives familiales S. Libbe, reprod. interdite (contact Archives communales Antony).

6 juin, 80 jours avant la Libération

La sirène d'alarme de la défense passive retentit à huit reprises entre 1h50 et 21h15. Les alertes sont consignées dans un registre tenu en mairie. Ce simple cahier d'écolier s'ouvre sur le soir du 13 avril 1942. À 23h30, le veilleur de nuit de la mairie note « danger aérien ». Entre 22h et 6h, c'est lui qui assure la permanence de la défense passive selon les consignes spéciales du service du Rationnement. Le cahier est clos le 8 mai 1945. L'alarme n'avait plus sonné depuis le 25 février 23h30.

Cahier des alertes (13 avr. 1942-8 mai 1945) - Arch. com., 4 H id.587
Consignes spéciales de défense passive du service du Rationnement
 

Consignes spéciales de défense passive du service du Rationnement (12 oct. 1943) - Arch. com., 4 H id.587

: Numéros de téléphone d&aposurgence de la permanence de la défense passive

Numéros de téléphone d'urgence de la permanence de la défense passive

Plan de la sirène d&aposalarme installée dans la cour de la mairie par les Établissements Edmond Gallet

Plan de la sirène d'alarme installée dans la cour de la mairie par les Établissements Edmond Gallet (1938) - Arch. com., 1 M id. 25

12 juin, Antony en deuil

La ville enterre les victimes du bombardement de la nuit du 9 au 10 juin. Trois hommes sont décédés rue des Baconnets et chemin Potier des suites de la chute d'un obus de DCA (défense contre aéronefs). Le faire-part de décès convie les maires de la Seine aux obsèques qui se déroulent en l'église Saint-Saturnin. Le 2 juin, un autre bombardement meurtrier a déjà fait une victime quartier du Clos-de-l'Abbaye et causé de nombreux dégâts. Le maire dépêche un photographe local pour constater les sinistres. En ce mois de juin, la population subit 4 bombardements qui visent la gare de Massy-Palaiseau. Le bilan est lourd : 4 morts, 19 blessés, 90 sinistrés, 14 habitations détruites, 89 endommagées. À chacun de ces évènements, la mairie adresse un rapport de situation à la préfecture de la Seine.

bombardement

Faire-part de décès des victimes du bombardement du 9 juin 1944 - Arch. com., 4 H id. 587

rueclosdelabbayebombardement

Photographie d’un pavillon sinistré rue du Clos-de-l’Abbaye des suites du bombardement du 2 juin 1944 (circa 3 juin 1944) - Arch. Com., Fi NC2 - Photogr. A. Mousty, reproduction interdite

rapport

Rapport de la mairie à la préfecture de la Seine consécutif aux chutes de bombes explosives dans la nuit du 11 au 12 juin 1944 (12 juin 1944) - Arch. com., 4 H id. 587

14 juin, quatre ans d’occupation allemande

Il y a quatre ans que l’armée allemande occupe Antony. Tout commence le vendredi 14 juin 1940, à 9h30. Les soldats arrivent par la route nationale 20 et pénètrent la ville par le carrefour de la Croix de Berny. Les coups de feu échangés font de nombreuses victimes, civiles et militaires. À 17h, la municipalité placarde une affiche à la population dans les rues qui se vident. Elle débute par ces mots : « Chers Concitoyens, Chers Amis, L’Heure est grave... ».

registreextraitdelib

Texte de l’affiche transcrit dans le registre des délibérations du conseil municipal du 2 février 1941 - Arch. com., 1 D 13

 

 

20 juin, la fête s’éloigne

La Grande kermesse champêtre du 2 juillet 1944 au profit des prisonniers de guerre et de leurs familles est reportée à une date ultérieure « en raison des circonstances [...] et des risques de bombardement. » Le maire informe la Commission des manifestations pour les prisonniers de la préfecture de la Seine de la décision du Comité d’organisation. L’affiche de la journée avait reçu le visa des autorités d’occupation un mois auparavant : a-t-elle jamais été placardée ? Le dimanche 1er octobre 1944, c’est enfin jour de Grande kermesse sur la place du marché, actuelle place Patrick-Devedjian ! Elle est organisée par la nouvelle municipalité et le Comité local d’assistance aux prisonniers de guerre, avec le concours de la Fédération des œuvres d’après-guerre, au profit du « Livret du prisonnier ». Au programme : spectacles, jeux et tombola, bal !

visa billingue demandevisa

Formulaire bilingue de visumantrag/demande de visa pour l’affiche de la kermesse du 2 juillet 1944 à l’ORAFF, Office de répartition de l’affichage (19 mai 1944) - Arch. com., 4 H id. 990

billet

Billet de souscription de la Grande kermesse champêtre du 2 juillet 1944 - Arch. com., 4 H id. 990

 

Programme de la Grande kermesse du 1er octobre 1944 - Arch. com., 4 H id. 990
public kermesse

Photographie du public de la Grande Kermesse du 1er octobre 1944 sur la place du marché - Arch. com., 4 H id. 990 – Photogr. inconnu, reproduction interdite.

concert

Photographie d’un concert de la Grande Kermesse du 1er octobre 1944 sous la halle du marché - Arch. com., 4 H id. 990 – Photogr. inconnu, reproduction interdite.

 

 

4 juillet, félicitations les élèves !

Cet été 44, les vacances prévues du 15 juillet au 30 septembre, sont avancées au soir du 12 juillet pour l’enseignement primaire. En coulisse, la mairie comptabilise les sommes à verser aux directions des écoles des filles et des garçons pour offrir un livret de Caisse d’épargne aux jeunes lauréats des examens de fin d’année dont le DEPP, diplôme d’études primaires préparatoires établi en 1941 et abandonné après la Libération.

enfant

Livrets de caisse d’épargne alloués aux enfants reçus aux examens de fin d’année scolaire (4 juillet 1944) - Arch. com., 1 R id. 837